• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Mécanisme commun

Alzheimer : les traitements du diabète pourraient être efficaces

La maladie d'Alzheimer pourrait induire la survenue d'un diabète. L'augmentation de la présence d'une enzyme dans le cerveau est en cause.

Alzheimer : les traitements du diabète pourraient être efficaces ktsdesign/epictura

  • Publié le 24.06.2016 à 13h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cerveau d’un côté, le pancréas de l’autre. A priori, Alzheimer et diabète ne partagent rien. Mais en observant plus en détail les mécanismes des deux maladies, des chercheurs écossais ont conclu à un point commun majeur. Il permettrait d’expliquer pourquoi les personnes atteintes de démence souffrent si souvent d’un diabète. C’est ce que suggèrent leurs conclusions parues dans Diabetologia.

Une enzyme commune

L’idée dominante, jusqu’ici, voulait que le diabète de type 2 favorise la maladie d’Alzheimer. « Nous montrons qu’en réalité, cela fonctionne aussi en sens inverse », résume le Pr Bettina Platt, qui signe ces travaux. Elle a en effet montré que les changements cérébraux provoqués par cette démence peuvent provoquer une altération du contrôle naturel de la glycémie, et donc mener au diabète.

Pour parvenir à ces conclusions, l’équipe spécialisée dans la maladie d'Alzheimer à l’université d’Aberdeen (Royaume-Uni) et celle travaillant sur le diabète se sont rassemblées. Elles ont mis au point un modèle de démence chez la souris, puis ont surveillé l’évolution de l’enzyme bêta-sécrétase (BACE1), directement impliquée dans la maladie. Un taux élevé de cette enzyme dans les neurones altère l’assimilation du glucose par l’organisme. Un diabète et ses complications peuvent donc se développer.



Un antidiabétique contre Alzheimer ?

« Le fait est que 80 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont aussi une forme de diabète ou des perturbations du métabolisme du glucose », rappelle Bettina Platt. Dans la mesure où cette pathologie n’est pas héréditaire, le mode de vie est un facteur d’influence, estime-t-elle.

Une méthode de prévention combinée contre les deux maladies semble difficile à développer. Les médicaments utilisés dans l’une pourraient en revanche s’avérer efficaces dans l’autre, aux yeux de l’équipe pluridisciplinaire. Ainsi, les traitements hypoglycémiants auraient la capacité d’alléger les symptômes de la maladie d’Alzheimer et freiner sa progression. Cette hypothèse est en cours de vérification avec des molécules indiquées dans le diabète.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité