• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Activité du cerveau

Envoyer des SMS produit des ondes cérébrales uniques

Envoyer des SMS active des ondes cérébrales qui n'avaient pas été observées jusqu'ici. Chez 20 % des personnes, ce geste déclenche un rythme qui serait lié aux stimulations verbales.

Envoyer des SMS produit des ondes cérébrales uniques baranq/epictura

  • Publié le 28.06.2016 à 12h21
  • |
  • |
  • |
  • |


Prendre des nouvelles, fixer un rendez-vous, échanger des plaisanteries. Les usages du SMS sont nombreux et de plus en plus fréquents. Mais cette pratique n’est pas sans impact sur le cerveau, explique la Mayo Clinic (Rochester, Minnesota, Etats-Unis). Dans une étude publiée dans la revue Epilepsy & Behavior, elle montre une variation des ondes cérébrales unique.

20 % de réactions

Quel est l’impact des SMS sur le cerveau ? Pour répondre à cette question, l’équipe a recruté 129 patients admis à la Mayo Clinic pour crise épileptique ou non épileptique. Ces volontaires ont été suivis pendant 16 mois et ont réalisé des électroencéphalogrammes à intervalles réguliers. Lors de l’examen, plusieurs tâches leur étaient demandées : envoyer des textos, taper du doigt, passer un appel ou remplir des tests d’attention et de fonction cognitive.

Dans 20 % des cas, les chercheurs ont découvert un motif jusqu’ici inconnu. Ces ondes cérébrales s’activent lors de l’envoi d’un SMS. « Nous pensons que ce nouveau rythme est une mesure objective de la capacité du cerveau à analyser les informations non verbales lors de l’utilisation de dispositifs électroniques, et qu’elle est fortement connectée à un réseau largement distribué dans le cerveau, accru par l’attention ou l’émotion », analyse le Dr William Tatum, qui a dirigé les recherches.


Un patient de 22 ans envoie un SMS avec la main droite (Source : Elsevier)

 

Incompatible avec la conduite

L’explication de ce phénomène tient à la réaction du cerveau lors d’une activité telle que "textoter". Le rythme unique qu’ils ont observé est sans doute provoqué par la combinaison d’une stimulation motrice et verbale. Une hypothèse qui peut être confirmée par une autre observation : les utilisateurs d’iPad présentent la même variation des ondes cérébrales. Ce seraient donc les dispositifs mobiles, tenus à la main et avec un petit écran qui en porteraient la responsabilité.

Pour William Tatum, ces résultats expliquent aussi l’impossibilité à conjuguer conduite et envoi de SMS. « Le faire modifie les ondes du cerveau », résume-t-il. Les structures activées ne sont donc plus aussi aptes à piloter un véhicule.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité