Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude

Le mystère des craquements de doigts résolue : y a-t-il vraiment un risque d'arthrite prématurée ?

Selon une récente étude, les craquements de doigts sont dus à l’éclatement de bulles de gaz microscopiques dans le liquide des articulations. Est-il vraiment mauvais de se faire craquer les doigts ? Y a-t-il un risque d'arthrite prématurée comme le soutiennent certaines personnes ? On vous dit tout. 

Le mystère des craquements de doigts résolue : y a-t-il vraiment un risque d'arthrite prématurée ? Staras/iStock

  • Publié 31.03.2018 à 17h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Le fait de faire craquer ses doigts était jusqu’ici entouré d’une aura de mystère. D’où vient le bruit que l’on entend lorsque l’on tire sur ses jointures ? Est-ce mauvais pour les articulations comme le prétendent certaines personnes ? Y a-t-il un risque d'arthrite prématurée à se faire craquer les doigts ?

Des scientifiques ont enfin résolu le mystère. Selon une étude publiée le 28 mars dans la revue Scientific Reports, menée par des chercheurs de l’École Polytechnique de Palaiseau, dans l’Essonne, et de l’Université de Stanford en Californie, les craquements sont dus à l’éclatement de micro-bulles dans le liquide des articulations.

Une formule mathématique 

Une formule mathématique développée par Vineeth Chandran Suja, un ancien étudiant de Polytechnique, et son professeur, le Dr Abdul Barakat a résolu le mystère. Ensemble, ils ont développé une série d’équations qui explique le "crac" qui accompagne la libération des bulles dans le liquide synovial, qui lubrifie les articulations de la main

"La première équation décrit les variations de pression à l'intérieur de notre articulation lorsque nous la faisons craquer", a expliqué Vineeth Chandran Suja à BBC News. "La deuxième équation est une équation bien connue qui décrit les variations de taille des bulles en réponse aux variations de pression. Et la troisième que nous avons écrite consistait à coupler la variation de la taille des bulles à celles qui produisent ces sons", poursuit l’étudiant, qui est aujourd’hui en troisième cycle à l’Université de Stanford.

"Quand nous faisons craquer nos doigts, nous séparons nos articulations. Et quand nous faisons cela, la pression diminue et des bulles apparaissent dans le liquide synovial", développe Vineeth Chandran Suja. "Au cours du processus de fissuration des articulations, il y a des variations de pression qui provoquent une fluctuation extrêmement rapide de la taille des bulles, ce qui conduit à un son que nous associons à la fissuration des articulations".

L'origine du bruit

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques cherchent à comprendre d’où provient le bruit que font les articulations quand on les fait craquer. Une hypothèse similaire à celle de Vineeth Chandran Suja et le Dr Abdul Barakat avait même été formulée au début des années 70, avant d’être mise en doute par plusieurs études. La nouveauté, ici, est que la formule mathématique montre "que l’éclatement d’une seule de ces bulles est suffisant pour produire le bruit", explique à l’AFP le Dr Abdul Bakarat. Les travaux des deux chercheurs remettent aussi en cause la conclusion d’une étude de 2015, qui avançait que le craquement venait de la formation de bulles plutôt que de leur éclatement. La formule mathématique qu’ils ont développée affirme au contraire que c’est bien l’éclatement des bulles microscopiques qui produit le son. Mystère résolu.

"Arrête, tu vas avoir de l'arthrite !"

Une autre question se pose : est-ce dangereux de se faire craquer les articulations ? Y a-t-il un risque d'arthrite prématurée ? Une étude menée par l'allergologue Donald Unger – né en 1920- qui n'a fait craquer que les doigts de sa main gauche pendant plus de 60 ans démontre qu’il s’agit d’une idée reçue. Donald Unger fût le premier à s’intéresser à la question. Comme il l’expliquait en 1998 dans la revue spécialisée Arthritis and Rheumatism, sa mère, ses tantes et sa belle-mère l’ont averti successivement qu’il risquait de développer une arthriste à cause de ce tic. Il a donc choisi de mener l’expérience sur lui-même.

Donald Unger explique dans sa publication : "Pendant cinquante ans, l'auteur a fait craquer les articulations des doigts de sa main gauche au moins deux fois par jour, en ne touchant pas à celles de sa main droite afin qu'elle serve de contrôle. Par conséquent, les articulations de la main gauche ont craqué au moins 36 500 fois, pendant que celles de la droite n'ont craqué que rarement et de manière spontanée. A la fin des cinquante années, ses mains ont été comparées pour juger de la présence ou non d'arthrite." Résultat : ses deux mains étaient similaires. Aucune trace d’arthrite. Cette étude lui valut de gagner le Prix du IgNobel 2009 en médecine et ouvrit la voie à d'autres recherches. En 2011, une nouvelle étude fut menée sur le sujet. Publiée dans le Journal of American Board of Family Medicine, elle a montré que sur un groupe de plus de 200 personnes âgées, celles qui se faisaient régulièrement craquer les articulations n'avaient pas plus d'arthrite que les autres.

Une perte de force dans la main ?

Une étude publiée en 1990 dans la revue Annals of the Rheumatic diseases, a tout de même suggéré que se faire régulièrement craquer les doigts pouvait à terme, avoir des conséquences sur le fonctionnement de la main comme en réduire la force. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité