Publicité

QUESTION D'ACTU

Intelligence artificielle

Une application pour smartphone capable de prédire les décès précoces

Des scientifiques russes ont mis au point un dispositif d'intelligence artificielle afin de calculer l'espérance de vie d'un patient en fonction de son activité physique. 

 Une application pour smartphone capable de prédire les décès précoces WELCOMIA/EPICTURA

  • Publié 31.03.2018 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Prédire la mortalité en mesurant son taux d'activité physique. Voici la promesse des scientifiques russes de l'Institut de physique et de technologie de Moscou qui a mis au point une application capable d'évaluer une mort précoce à partir de l'âge biologique (vitesse de vieillissement et fragilité) d'une personne et du degrés de son activité physique.  

Conçue avec l'aide de la start-up Gero, l'application se base sur les données relatives au niveau d'activité physique d'un individu grâce à un moniteur. "L'intelligence artificielle est déjà utilisée pour analyser des cardiogrammes, diagnostiquer des maladies pulmonaires et déterminer l'âge biologique sur différents critères. Nous avons utilisé ses capacités pour créer un instrument fonctionnel de suivi qui permettrait d'évaluer l'état général de la personne et de surveiller tout changement du niveau de risque avant qu'elle ne passe des examens médicaux", a expliqué Piotr Feditchev, co-auteur de l'étude. 

Adopter les bons réflexes santé 

Ce projet a pu être conçu grâce à l'étude de données médicales et d'hygiène de vie de plusieurs patients volontaires entre 2003 et 2006, extraites du National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES). Ces informations ont permis aux chercheurs de l'Institut de physique et de technologie de Moscou de mettre au point un algorithme qui calcule les risques de mortalité en se basant sur toutes les données relatives à l'hygiène de vie du patient (régime alimentaire, habitudes de sommeil, antécédents médicaux).  

"Nous avons appris au réseau de neurones à détecter des tendances défavorables: relier des mouvements répétitifs avec les données de dossiers médicaux et les résultats des examens. L'intelligence artificielle a très bien accompli cette mission. Elle a détecté des gens se trouvant dans le groupe à risque élevé et a déterminé leurs risques de mourir d'une manière plus exacte que les méthodes traditionnelles, notamment celles utilisées lors de recherches étudiant les processus de vieillissement", a détaillé Piotr Feditchev. 

D'après le site Sputnik, ces scientifiques russes mettraient actuellement au point une application mobile capable de déterminer l'âge biologique d'une personne et d'évaluer ses risques de mort précoce. L'application n'a cependant pas permis de déterminer l'exactitude du temps d'espérance de vie. L'intérêt d'une telle application résiderait donc davantage dans la possibilité de s'informer sur les bonnes habitudes santé à adopter au quotidien afin de réduire les risques de mortalité

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Améliorer le calendrier des soins palliatifs 

En janvier dernier, une équipe de chercheurs de l'université de Standford (États-Unis) avait déjà mis un point un dispositif d'intelligence artificielle capable de prédire la mortalité des patients atteints de maladies incurables, afin d'améliorer le calendrier des soins palliatifs. Grâce à un réseau de neurones reproduisant le fonctionnement du cerveau humain, le programme est parvenu à évaluer des taux de mortalité chez 40 000 patients encore en vie, sur une période comprise entre 3 et 12 mois. précis dans 90% des cas. 

Des informations précises pour lutter contre l'acharnement thérapeutique, c'est-à-dire continuer à administrer des traitements à une personne en fin de vie au lieu de rendre ses dernières semaines ou ses derniers mois à vivre le moins pénible possible. Un timing pas toujours évident à trouver pour les médecins. "L'algorithme de prédiction de la mort n'est pas destiné à remplacer les médecins, mais offre un outil complémentaire qui permet d’améliorer l'exactitude des prédictions", ont expliqué les chercheurs de Stanford. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité