Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépression

Obésité : la prise d’antidépresseurs sur le long terme favorise la prise de poids

Une personne sous anti-dépresseurs a 21% de plus de risques de grossir, d'après une nouvelle étude britannique. Le pic de la prise de poids aurait lieu dans les deux à trois ans suivant le début du traitement. 

Obésité : la prise d’antidépresseurs sur le long terme favorise la prise de poids Tero Vesalainen/iStock

  • Publié 24.05.2018 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Si on s’en doutait depuis longtemps, cela vient d’être prouvé : les antidépresseurs font grossir à long terme, selon une étude britannique publiée mercredi 23 mai dans la revue médicale BMJ. Dans le détail, une personne traitée à 21% de plus de risques de prendre du poids dans les années qui suivent que quelqu’un d’autre.  

Pour aboutir à ces résultats, les chercheurs du King’s College de Londres ont analysé les dossiers de 300 000 patients britanniques, tous de poids différents, allant de l’obésité morbide à la minceur, de 2004 à 2014. Une partie des participants était sous antidépresseurs et l’autre non. Conclusion : le premier groupe avait 46% de plus risques de prendre 5% de son poids initial dans les deux ou trois ans suivant le début du traitement. Plus inquiétant encore, à terme, les personnes déjà en surpoids avant de prendre des antidépresseurs avaient 29% de plus de risques de devenir obèse une fois le traitement amorcé.

La prise d’antidépresseurs pourrait contribuer à celle de la prise de poids

"L’augmentation générale de la prise d’antidépresseurs pourrait contribuer à celle de la prise de poids dans le monde et à ce que celle-ci génère comme risques pour la santé", s’inquiète donc Martin Gulliford co-auteur de cette étude. Des résultats d’autant plus préoccupants en France, pays très concerné par la prise d’antidépresseurs. En 2017, plus d’un quart des Français consommaient des anxiolytiques, des antidépresseurs, des somnifères et autres médicaments pour le mental. Le taux d’obésité est quant à lui aujourd’hui de 15% dans l’Hexagone et pourrait augmenter jusqu’à 21% d’ici 2030 d’après l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Aussi, "d’un point de vue clinique, ces résultats prouvent qu’il est absolument nécessaire d’accompagner le traitement antidépresseur d’un suivi de la prise de poids du patient", conclut Docteur Rafael Gafoor, principal auteur de l’étude, encourageant les personnes concernées à faire de l’exercice régulièrement. Si vous avez la moindre inquiétude concernant vos médicaments, pensez bien à consulter votre médecin avant de modifier votre traitement.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité