Publicité

QUESTION D'ACTU

Coups de soleil

Royaume-Uni : des centaines de Britanniques hospitalisés pour brûlure à cause des fortes chaleurs

Au cours des deux derniers mois, pas moins de 220 personnes ont été hospitalisées en Irlande du Nord pour des brûlures dues au soleil. La Public Health England, l'équivalent de la Haute Autorité de Santé, a sonné l'alerte. 

Royaume-Uni : des centaines de Britanniques hospitalisés pour brûlure à cause des fortes chaleurs s_white / stock

  • Publié 25.07.2018 à 07h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que la France connaît son premier épisode caniculaire de l'année, la Public Health England, équivalent de Haute Autorité de Santé, a publié une alerte sur les coups de soleil graves. Au cours des deux derniers mois, pas moins de 220 personnes ont été hospitalisées en Irlande du Nord pour des brûlures dues au soleil.

L’agence a exhorté les personnes qui s’exposent à "faire preuve de bon sens" et à se protéger des rayons UV, rappelant qu’un coup de soleil double le risque de développer un mélanome. "Notre conseil est de réfléchir à ce que vous faites au soleil et de faire preuve de bon sens –connaître les limites de sa propre peau, ne pas rester trop longtemps sous un soleil de plomb, porter des lunettes de soleil et un couvre-chef, s’habiller avec des vêtements de couleur claires et enfin utiliser un écran solaire d’indice 15", a déclaré le professeur John O’Hagan de la Public Health England.

"Les enfants doivent bénéficier d’un traitement spécial"

Pour Matthew Patey, PDG de la fondation britannique pour la peau, "l’augmentation des admissions pour brûlure due à un coup de soleil n’est pas surprenante. Néanmoins, cette situation est largement évitable et respecter ces quelques conseils permettra de désengorger les hôpitaux et d’empêcher le développement à long terme de cancers de la peau". Il renchérit :"les enfants doivent bénéficier d’un traitement spécial, ils doivent être protégés du soleil et doivent porter un écran solaire d’indice FPS 50 avec une protection au rayon UVA et UVB. Il ne faut pas oublier non plus d'appliquer de la crème régulièrement et de s’hydrater en conséquence".

Plus d’un quart des Britanniques ne se mettent pas de crème solaire lorsqu’ils s’exposent au soleil, selon une étude de YouGov. Et quand ils en mettent, ils oublient des zones cruciales, comme le dos, le contour des yeux, les genoux ou les oreilles. Des erreurs courantes dans les régions qui n’ont pas l’habitude du beau temps. En France, la Bretagne détient ainsi le triste record de l’incidence régionale la plus élevée du cancer de la peau. 19,7 cas de mélanome pour 100 000 habitants y ont été enregistrés en 2016 contre seulement 14,3 cas pour 100 000 habitants (la moyenne nationale) pour le Var et les Alpes-Maritimes.

80 000 nouveaux cas de cancer de la peau

Chaque année en France, 80 000 nouveaux cas de cancer de la peau sont diagnostiqués, soit 219 personnes chaque jour. Depuis le 1er janvier 2018, 28 198 l'ont été. Environ 1600 personnes en meurent chaque année. L'INCa et l'Inpes estiment que la hausse du nombre de cas de cancer de la peau depuis les années 1980 résulte du fait que les Français ont tendance à s'exposer plus souvent et plus longtemps au soleil et à faire des séances d'UV.

Pour se protéger des UVB, il faut choisir une crème avec un indice de protection solaire (SPF) suffisant. Les indices, qui s’échelonnent de 6 à 50+, expriment la capacité d’une crème à retarder le coup de soleil. Un individu à la peau claire verra sa peau commencer à rougir à partir de 10 minutes d’exposition environ. Une crème indice 15 lui offrira un répit de 150 minutes avant de voir sa peau commencer à roussir de nouveau.

Le choix de l’indice SPF dépend de votre phototype, c’est-à-dire de votre pigmentation et votre sensibilité au soleil. Pour la plage, on peut se fonder sur les repères suivants :

- Peau assez résistante (mate ou noire, pas de coup de soleil) : SPF 6 à 10

- Peau intermédiaire (bronzant facilement, coups de soleil rares) : SPF 15 à 25

- Peau sensible (blanche, coups de soleil fréquents) : SPF 30 à 50

- Peau extrêmement sensible (blanche, tâches de rousseurs, ne bronze pas) : SPF 50+

Brûlure au deuxième degré

Ces indices sont calculés en supposant que la crème est appliquée à raison de deux grammes par centimètre carré de peau. Une quantité illusoire, qui vous coûterait pratiquement un tube par jour ! En pratique, on considère souvent qu’un indice de 50 correspond à un indice 15. Pour les peaux blanches, il faut donc opter pour une crème d’indice 50 et se badigeonner toutes les deux heures.

En cas de coups de soleil, il faut rafraichir la zone avec de l’eau froide, puis appliquer une crème (Biafine, Cicalfate, Epitheliale ou Cicabio crème) pendant quelques jours. Si la peau devient rouge vif, se décolle, fait des cloques ou qu’un oedème se forme, il s’agit d’une brûlure au deuxième degré. Il est alors impératif d’appliquer des compresses d’eau froide, de passer une crème pour les brûlures (Laluset, Bepanthen..., pas de biafine) et de consulter de un médecin. En attendant que le professionnel vous examine, il est conseillé de rester au calme, nu, dans l'obscurité, boire de l'eau et prendre du paracétamol.

Attention, mal soigné, ce type de brûlure peut laisser des cicatrices et des taches, et priver le patient de soleil pour le reste des vacances, voire pour toute sa vie. "Un coup de soleil grave épuise le capital soleil. Le patient ne dispose plus de protection mélanique naturelle et sera plus susceptible de développer des lésions cancéreuses dans les vingt ans à venir, surtout s'il a une peu très claire. Il ne devra donc plus s'exposer", explique dans l’Express le dermatologue Michèle Pelletier. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité