Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Scorbut : pourquoi l'ancienne maladie des marins est de retour chez nous ?

Le scorbut, une maladie qui sévissait principalement chez les marins jusqu'au 18ème siècle, est de retour en ville et touche les personnes qui ont de mauvaises habitudes alimentaires. Elle se traduit, dans sa forme la plus grave, par un déchaussement des dents, la purulence des gencives, des saignements, puis la mort. Explications. 

Scorbut : pourquoi l'ancienne maladie des marins est de retour chez nous ? Mukhina1/iStock

  • Publié 20.08.2018 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Egalement surnommée "maladie des marins" ou "maladie des corsaires", le scorbut est une maladie potentiellement mortelle qui à sévi de la Renaissance au 18ème siècle, notamment au sein des équipages qui partaient en mer pour de longs voyages. Due à une carence en vitamine C (que l'on trouve habituellement dans les fruits et légumes), le scorbut se traduit chez l'Homme, dans sa forme la plus grave grave, par un déchaussement des dents, la purulence des gencives, des saignements, puis la mort.

"Le scorbut est aujourd’hui sous-diagnostiqué"

Si l'on pensait cette maladie éradiquée dans les pays développés, il semblerait que les mauvaises habitudes alimentaires de certains aient favorisé son retour, notamment aux Etats-Unis ou en France, chez les adeptes de conserves, fast food, sandwichs et de plats préparés peu coûteux. 

En 2015, des médecins du CHU de Limoges avaient déjà identifié 10 cas de scorbut parmi 63 patients âgés en moyenne de 47 ans qui présentaient des carences en vitamine C. Ces patients ne mangeaient pas trois repas par jour, certains étaient alcooliques, d’autres atteints de pathologies psychiatriques ou de cancer. "Le scorbut est aujourd’hui sous-diagnostiqué ; seulement 37 rapports de cas ont été décrits dans la littérature entre 1965 et 2013", dénoncaient-ils.

En 2016, des chercheurs australiens se sont également intéressés à 11 cas de scorbut détectés chez des patients diabétiques qui mangeaient peu de fruits et légumes. Deux ans après, les médecins s'alarment : le scorbut est de retour en ville. Précisément chez les personnes qui se nourrissent mal. 

La maladie réapparait principalement dans les milieux défavorisés

"Nous avons diagnostiqué notre premier cas il y a 5 ou 6 ans. (…) Depuis nous avons diagnostiqué quelque chose comme 20 ou 30 cas", explique au site américain Science Alert le docteur Eric Churchill. La première personne diagnostiquée se nourrissait exclusivement de pain et de fromage.

Le problème est tel, que le Dr Churchill réalise actuellement une recherche sur le scorbut en milieu urbain, il constate que la maladie réapparait dans les milieux pauvres et défavorisés : "de nombreuses personnes qui ont des difficultés à se nourrir ont tendance à choisir des aliments riches en matières grasses, en calories et très nourrissants." Ce type de régime pauvre en fruits et légumes limite les apports en vitamine C et est donc propice à l’apparition du scorbut. 

Le rôle de la vitamine C sur le corps

La vitamine C, ou acide ascorbique, est en effet nécessaire au bon fonctionnement du corps humain. Elle aide au bon assemblage des fibres de collagène ce qui évite les hémorragies ou les problèmes de cicatrisation, et elle a un rôle important dans le système immunitaire. Il suffirait de trois mois de carence en vitamine C pour être atteint d’un scorbut. La seule solution pour éviter le retour massif de cette maladie est donc une alimentation équilibrée qui fait la part belle aux fruits et légumes. 

Comment se manifeste la maladie ?

Le scorbut se manifeste initialement par une intense fatigue et une perte d'appétit pouvant entraîner une importante perte de poids. Le patient peut également ressentir des douleurs musculaires et/ou articulaires, notamment des grosses articulations comme la hanche ou le genou. Il peut également afficher un teint pâle, un début d'anémie et des œdèmes aux chevilles. Historiquement, cette fragilité générale entraînait une incapacité de manœuvrer chez les marins. 

Lorsque ces troubles ne sont pas traités, les symptômes s'aggravent : le patient souffre alors rapidement de gingivite, d'un syndrome hémorragique et de troubles cutanés qui adoptent la forme d'un purpura. Le patient peut également avoir des ecchymoses sur le corps, de même que des hémorragies dans les articulations, dans les muscles et les gaines des nerfs. D'autres saignements peuvent se manifester (nez, oculaires, génitaux...). Sans traitement, les patients peinent à se tenir debout et meurent d’épuisement, d'hémorragie viscérale ou encore, d'une complication infectieuse.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité