Publicité

QUESTION D'ACTU

Lombalgie

Mal de dos : ce nouveau traitement fait des miracles

Un traitement novateur qui court-circuite la douleur a été testé avec succès sur des personnes souffrant de mal de dos chronique et rebelle aux traitements actuellement disponibles.

Mal de dos : ce nouveau traitement fait des miracles seb_ra / istock

  • Publié 15.10.2018 à 16h20
  • |
  • |
  • |
  • |


Les personnes souffrant d’un mal de dos résistant aux traitements actuellement disponibles pourraient bénéficier d’un soulagement significatif et durable grâce à un traitement par le stimulation des ganglions rachidiens (DRG), un traitement novateur qui court-circuite la douleur, selon une nouvelle étudeLes ganglions rachidiens sont des ganglions nerveux situés sur les racines nerveuses assurant la sensibilité et la douleur, à proximité immédiate de la moelle épinière, et donc dans la colonne vertébrale.

Alternative à la stimulation de la moelle épinière, la stimulation DRG perturbe les signaux de douleur avec l'avantage de cibler spécifiquement les racines responsables de la douleur. Elle permet d’éviter une stimulation inutile des fibres nerveuses qui proviennent de zones non douloureuses, ce qui peut se produire lors d'une stimulation de la moelle épinière. C’est également une bonne alternative aux médicaments.

Une nette baisse de la douleur, même un an après

"Les membres de notre cohorte qui ont bénéficié d’une stimulation DRG ont ressenti une nette baisse de la douleur, même un an après, ce qui est remarquable", se félicite Robert J. McCarthy, pharmacien, professeur au Rush University Medical Center (Chicago) et directeur de l’étude. "Ils avaient essayé de nombreux traitements, des médicaments à la stimulation de la moelle épinière en passant par la chirurgie, mais n'avaient obtenu que peu ou pas de soulagement durable de la douleur. Pour la plupart, la stimulation DRG a vraiment amélioré leur qualité de vie", poursuit-il.

La thérapie de stimulation DRG interrompt le signal de douleur entre la zone douloureuse et le cerveau. Les impulsions remplacent la douleur par une autre sensation plus tolérable, comme des picotements ou un engourdissement. Le niveau de courant fourni par l'appareil est programmé par un médecin anesthésiste ou un autre spécialiste en fonction de la douleur de chaque patient.

Avec la stimulation de la moelle épinière, les impulsions électroniques sont envoyées le long de la colonne vertébrale, mais ne ciblent pas la source de douleur spécifique comme peut le faire la stimulation DRG. Par ailleurs, cette stimulation DRG nécessite moins de courant électrique, car il y a moins de liquide autour des ganglions rachidiens.

84% des 18-24 ans déclarent avoir déjà eu mal au dos

Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont implanté des dispositifs de stimulation DRG chez 67 personnes souffrant de maux de dos chroniques. Les patients ont été suivis de 3 à 18 mois. Avant l'implantation du dispositif DRG, la plupart des participants situaient leur douleur à 8 sur une échelle de 1 à 10. Après l’implantation, le score médian de la douleur ressentie est tombé à 5 sur la même échelle, soit une diminution de 33%. 94% des patients ont déclaré que le traitement était bénéfique et qu’il améliorait leur qualité de vie. Seul bémol : "il est plus difficile techniquement de placer les électrodes", constatent les chercheurs.

Neuf Français sur dix ont déjà souffert du mal de dos, selon un sondage d’OpinionWay pour Vexim. 38% des personnes touchées déclarent avoir souffert du dos plus de 10 fois au cours des cinq dernières années. Les femmes sont beaucoup plus atteintes que les hommes. Encore plus inquiétant, 84 % des 18-24 ans déclarent avoir déjà eu mal au dos, désigné par les spécialistes comme étant "le mal du siècle". Ces résultats méritent d'être confirmés dans une étude comparative, mais les résultats semblent très prometteurs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité