Publicité

QUESTION D'ACTU

PIEZO1 et PIEZO2

Une nouvelle cible pour traiter l’hypertension artérielle

Des chercheurs sont parvenus à identifier deux protéines capables de détecter la pression artérielle et de contrôler le réflexe des barorécepteurs. Appelées PIEZO1 et PIEZO2, elles pourraient constituer une issue thérapeutique pour les personnes souffrant d’hypertension artérielle résistante aux médicaments.

Une nouvelle cible pour traiter l’hypertension artérielle Zinkevych/iStock

  • Publié 04.11.2018 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Situés dans les sinus carotidiens et le sinus de l’aorte, les barorécepteurs sont essentiels à notre bonne santé : c’est grâce à eux que notre organisme parvient à surmonter les changements de pression sanguine sans que nous ne nous évanouissions, par exemple lorsque nous nous levons après avoir dormi.

Sensibles à l’étirement des vaisseaux sanguins, les barorécepteurs réagissent en une fraction de seconde en indiquant à notre cerveau que notre fréquence cardiaque augmente ou diminue : cela nous permet de maintenir une pression artérielle relativement constante.

Une nouvelle étude menée par le Scripps Research Institute s’est intéressée à ces barorécepteurs et à leurs baroréflexes, qui permettent de contrôler la pression sanguine. Parue dans la revue Science, elle met en lumière l’existence de deux protéines capables de détecter la pression artérielle et de contrôler le réflexe des barorécepteurs. Selon ses auteurs, ces nouveaux travaux sont les premiers à révéler comment fonctionne la mécano-transduction, c’est-à-dire la détection de changements de pression sanguine dans les cellules.

Vers un possible traitement de l’hypertension pharmaco-résistante

Nommées PIEZO1 et PIEZO2, ces deux protéines sont, d’après les chercheurs, indispensables à notre bonne santé. Leurs missions sont multiples : responsables de la détection de la pression dans les poumons, elles sont aussi à l’origine des différents types de douleur et du toucher doux. Par ailleurs, PIEZO1 aide même les globules rouges à conserver leur forme.

Lors d’expériences récentes avec un modèle murin, les scientifiques ont aussi découvert que ces deux protéines étaient nécessaires pour maintenir la pression artérielle par réflexe. "Notre motivation pour cette étude était ancrée dans la science fondamentale, mais ces résultats pourraient avoir des implications majeures en médecine translationnelle en améliorant notre compréhension de la santé humaine", explique Ardem Patapoutian, professeur au Scripps Research Institute, qui a découvert l’existence de ces deux protéines.

Les protéines PIEZO1 et PIEZO2 pourraient notamment "constituer des cibles thérapeutiques possibles pour aider les personnes souffrant d’hypertension pharmaco-résistante", un trouble clinique commun qui définit une hypertension artérielle non-contrôlée par les médicaments.

Pour le moment, précisent les chercheurs, d’autres études sont nécessaires pour comprendre la façon dont ces deux protéines fonctionnent et comment elles peuvent être utiles dans d’autres circonstances. "Nous voulons aussi comprendre comment les changements génétiques humains dans la fonction de ces protéines pourraient influer sur la régulation artérielle", précise Kara Marshall, co-auteure de l’étude.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité