Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée mondiale de la pneumonie

La pneumonie causée par une bactérie est la plus dangereuse pour le cœur

Alors que nous célébrons ce lundi la Journée mondiale de la pneumonie, une nouvelle étude américaine révèle que les patients atteints d’une pneumonie d’origine bactérienne sont plus sujets aux complications cardiaques graves que ceux atteints d’une pneumonie virale. Explications.

La pneumonie causée par une bactérie est la plus dangereuse pour le cœur Dr_Microbe /iStock

  • Publié 12.11.2018 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Comme chaque année depuis 2009, ce lundi 12 novembre est la Journée mondiale de sensibilisation à la pneumonie. Maladie infectieuse aiguë touchant les alvéoles pulmonaires situées dans les poumons, la pneumonie reste, encore aujourd’hui, l’une des maladies respiratoires les plus mortelles au monde.

Plusieurs sortes de germes peuvent être responsables : des bactéries, des virus ou plus rarement des parasites et des champignons. Le plus souvent, la pneumonie est due à une bactérie, le pneumocoque.

Plus de risque de crise cardiaque ou d’AVC

Selon une nouvelle étude menée par l'Institut de cardiologie Intermountain du centre médical Intermountain de Salt Lake City, ce sont ces pneumonies causées par une bactérie qui sont les plus dangereuses pour la santé cardiaque des patients, et non les pneumonies d’origine virale. Ces résultats ont été présentés lors des sessions scientifiques de l'American Heart Association à Chicago.

Après avoir suivi pendant 7 ans 4 792 patients hospitalisés pour une pneumonie, les chercheurs ont découvert que les patients diagnostiqués avec une pneumonie bactérienne avaient 60% plus de risques de subir une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral (AVC) ou de mourir, par rapport aux patients ayant reçu un diagnostic de pneumonie virale.

"Nous avons toujours su que la pneumonie était un facteur de risque pour un événement cardiaque indésirable majeur, tel qu'une crise cardiaque, dans les 90 jours suivant le diagnostic", explique le DR J. Brent Muhlestein, MD, chercheur en cardiologie à l'Intermountain Heart Institute. "Ce que nous ignorions, c'était quel type de pneumonie était le plus dangereux. Les résultats de cette étude apportent une réponse claire, qui permettra aux médecins de mieux surveiller les patients et de se concentrer sur la réduction de leur risque d'événement cardiaque indésirable majeur", poursuit-il.

Les résultats montrent que la pneumonie bactérienne est la plus fréquente : elle a été diagnostiquée chez 79% des patients. Parmi eux, 34% (soit 1 270 patients) ont eu un événement cardiovasculaire majeur dans les 90 jours suivant le diagnostic. Dans le même temps, une pneumonie virale a été diagnostiquée chez 21% des patients et un événement indésirable majeur a été rapporté à 26% (258 patients) dans les 90 jours.

Une inflammation des artères due aux bactéries

Comment expliquer ce risque cardiovasculaire supplémentaire pour les personnes touchées par une pneumonie bactérienne ? Selon le Dr Muhlestein, c’est "parce que la pneumonie bactérienne provoque une plus grande inflammation des artères par rapport à la pneumonie virale". "Lorsque les artères s’enflamment, cela déstabilise les couches de plaque qui se sont accumulées au fil des ans. La plaque instable peut alors se détacher de la paroi de l’artère et provoquer un blocage pouvant entraîner une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou la mort", écrivent les chercheurs dans un communiqué.

Ces nouveaux résultats devraient inciter l’équipe soignante à prendre conscience des risques cardiovasculaires plus importants liés à la pneumonie bactérienne. "Si un patient a reçu un diagnostic de pneumonie bactérienne, traitez-le de manière agressive et surveillez-le de près pour détecter tout signe de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral. Si le patient prend des médicaments spécifiques à une maladie cardiaque, comme l'hypertension artérielle ou le cholestérol, ils doivent continuer prendre ces médicaments prescrits", recommande le Dr Muhlestein.

Il conseille aussi de se faire vacciner contre la grippe, de faire un pneumovax, de se laver les mains correctement toute l'année (et particulièrement pendant la saison du rhume et de la grippe) et de cesser immédiatement de fumer afin d’éviter les maladies respiratoires comme la pneumonie.

Une maladie "de pauvres" toujours mortelle

Cette nouvelle étude intervient alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de dévoiler les chiffres alarmants des décès liés à la pneumonie, qui tue chaque année davantage que le Sida, le paludisme et la rougeole réunis. Les enfants de moins de 5 ans sont plus vulnérables : ils sont 920 000 à avoir succombé à la pneumonie pour la seule année de 2015. Soit 2 500 décès chaque jour dans le monde.

Contrairement aux idées reçues, ce ne sont ni les personnes âgées, ni les populations vivant dans les pays "froids" qui succombent le plus à la pneumonie. Chaque année, c’est en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud que la majorité des enfants périssent. 180 000 enfants en sont morts en Inde en 2015, 130 000 au Nigéria, 64 000 au Pakistan, 46 000 en république démocratique du Congo. En cause : la malnutrition, qui les rend particulièrement vulnérables face aux maladies infectieuses comme la pneumonie.

"La communauté internationale doit aujourd’hui en prendre conscience", interpelle Samy Ahmar directeur Santé de l’ONG Save the Children dans Libération. "Les Objectifs de développement durable (SDG) pour 2030 ne pourront être atteints si la lutte contre la mortalité infantile due à la pneumonie continue sur ce rythme. À trajectoire constante, 800 000 enfants mourront de la maladie en 2030", s’alarme-t-il. Il en appelle ainsi au "renforcement des systèmes de santé au bénéfice de tous, et surtout des plus pauvres". "Aucun enfant ne devrait mourir de la pneumonie. Ni ici, ni ailleurs", conclut-il.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité