Publicité

QUESTION D'ACTU

Alzheimer, Parkinson, Creutzfeldt-Jakob...

Démence : attention, les alternatives aux neuroleptiques présentent aussi des risques

Le trazodone est fréquemment utilisé comme alternative aux neuroleptiques chez les personnes atteintes de démence, mais serait associé à un risque important de chutes et de fractures. 

Démence : attention, les alternatives aux neuroleptiques présentent aussi des risques Ocskaymark/iStock

  • Publié 26.11.2018 à 18h35
  • |
  • |
  • |
  • |


50 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence. Pour soulager les patients, les neuroleptiques ont longtemps été la solution. Mais aujourd’hui, les médecins privilégient des traitements alternatifs, comme l’utilisation de l’antidépresseur trazodone. Une nouvelle étude publiée dans le Canadian Medical Association Journal démontre que ce dernier n’est pourtant pas moins dangereux : le risque de chute et de fracture est le même qu’avec un neuroleptique. 

Moins de décès avec le trazodone

La démence peut apparaître dans différentes maladies : Creutzfeldt-Jakob, Parkinson ou encore Alzheimer. Elle est caractérisée par un déclin des capacités cognitives, une perte des capacités intellectuelles, une mémoire détériorée, des problèmes du langage, etc.

L'étude menée par des chercheurs canadiens s’est appuyée sur un premier groupe de 6588 seniors qui a reçu du trazodone et un second groupe de 2875 personnes âgées a ont pris un neuroleptique. Dans les deux groupes, les taux de chutes et de fractures, notamment de la hanche, étaient similaires. Néanmoins, le trazodone était associé à un risque réduit de décès. "Comme les médecins ont tendance à diminuer l’usage des neuroleptiques, nous ne devons pas considérer le trazodone comme une alternative nécessairement plus sûre que les neuroleptiques", souligne le Dr Jennifer Watt, l’une des co-auteurs de l’étude. En tous cas, pour les chutes et les fractures, les deux types de traitements s'équivalent. 

Privilégier les alternatives non-médicales 

Aux Pays-Bas, des équipes médicales utilisent des méthodes alternatives pour aider les patients atteints de démence. Elles recréent l’environnement familier du patient, ce qui permet d’éviter ou du moins de maîtriser les crises, qui peuvent parfois être violentes. Dans un centre de soins, une plage a été reconstituée avec diffuseur de chaleur, sable et bruit de vagues. Ailleurs c'est un trajet en bus qui a été reconstitué. Replacer les personnes dans des environnements qui leur sont familiers et qui les rassurent peut diminuer le stress, l’un des facteurs aggravant. 

D'après l'Organisation mondiale de la santé, la maladie d'Alzheimer est responsable de la démence dans 60 à 70% des cas. Chaque année, dix millions de personnes sont diagnostiquées dans le monde.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité