Publicité

QUESTION D'ACTU

CAR-T

Cancer du sang : révolution dans le traitement des lymphomes

Un nouvelle forme de thérapie est en train de modifier la façon de traiter les cancers du sang, aussi appelés lymphomes.  

Cancer du sang : révolution dans le traitement des lymphomes Istock / diego_cervo

  • Publié 04.12.2018 à 09h23
  • |
  • |
  • |
  • |


Une analyse portant sur un cancer du sang connu sous le nom de "lymphome B diffus à grandes cellules (LBDGC)" a révélé que 51% des patients recevant une "thérapie par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique (CAR-T)", aussi appelée "axi-cel", étaient encore vivants deux ans après le début de leur traitement.

Aucun effet indésirable

L'étude, dirigée par le physicien Sattva Neelapu, a été présentée au congrès annuel de la société américaine d'hématologie. "Cette évaluation de deux ans démontre que l'axi-cel peut induire des rémissions durables chez une proportion importante de patients", a déclaré Sattva Neelapu. Suite à un suivi médian de 27,1 mois de 101 patients, l'étude a révélé que 83 % des malades ont obtenu une réduction de l'activité cancéreuse liée au traitement. Aucun effet indésirable lié à l'axi-cel n'a été signalé après 12 mois de suivi.

Les thérapies par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique (CAR-T) sont entrain de modifier la façon de traiter plusieurs types de cancers agressifs du sang (ou lymphomes, NDLR), qui résistent aux traitements actuels. Elles sont conçues en prélevant les propres cellules T d'un patient (les cellules du système immunitaire), en les modifiant pour qu'elles soient capables de tuer les cellules cancéreuses, puis en les réintroduisant dans le système immunitaire du patient.

Thérapies transformatrices

"Il s'agit de thérapies transformatrices et nous constatons qu'elles sont de plus en plus utiles pour donner aux patients la possibilité de vivre, alors qu’il n’ont pratiquement plus d'options thérapeutiques", a déclaré Joseph Alvarnas, oncologue et hématologue. "En même temps, nous identifions les limites de ces thérapies. Par exemple, les lymphocytes T CAR peuvent cesser de fonctionner chez certains patients pour diverses raisons, ce qui a incité les chercheurs à se demander quelles combinaisons thérapeutiques pourraient être utilisées pour prolonger les bienfaits du traitement."

La thérapie axi-cel a été approuvée par la Food and Drug Administration des États-Unis pour le traitement du LBDGC en octobre 2017 et par la Commission européenne en août 2018. Représentant 25 à 30% des lymphomes non hodgkiniens, le lymphome B diffus à grandes cellules (LBDGC) est le lymphome le plus fréquent. Il est classiquement diagnostiqué après l’âge de 60 ans, mais peut survenir chez des enfants et jeunes adultes.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité