Publicité

QUESTION D'ACTU

Epigenetics

Fumer du cannabis modifie le capital génétique des spermatozoïdes

Consommer du cannabis affecte l’épigénétique du fumeur, modifiant ainsi son profil génétique et celui des spermatozoïdes chez les hommes. Des résultats qui interrogent sur les éventuelles conséquences sur les futurs enfants des consommateurs. 

Fumer du cannabis modifie le capital génétique des spermatozoïdes Tunatura/iStock

  • Publié 21.12.2018 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Des études précédentes ont déjà montré que fumer du tabac agit sur la fonctionnalité des spermatozoïdes, en dégradant notamment l’ADN transmise à l’embryon. Dans une nouvelle étude, des chercheurs américains ont montré que fumer du cannabis peut également provoquer une modification du profil génétique des spermatozoïdes. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Epigenetics.

Le THC modifie le profil génétique des spermatozoïdes

Le tétrahydrocannabinol, ou THC, le principe actif du cannabis, impacte l’épigénétique des fumeurs mais pourrait également potentiellement modifier le profil génétique de leurs futurs progénitures. "Ce que nous avons constaté, c'est que les effets de la consommation de cannabis sur les hommes et leur santé reproductive ne sont pas complètement nuls, en ce sens que l'utilisation du cannabis a une incidence sur le profil génétique du sperme", a déclaré Scott Kollins, professeur en psychiatrie et sciences du comportement et auteur principal de l’étude.

Les chercheurs ont mené des expériences sur des rats, puis sur 24 hommes. Ils ont comparé les spermatozoïdes des fumeurs réguliers, définis ici comme ceux qui fumaient de la marijuana au moins une fois par semaine au cours des six mois précédents l’étude, à ceux qui n'avaient pas consommé de marijuana pendant cette période et pas plus de dix fois au cours de leur vie.

Une influence sur la progéniture à préciser

Ils ont découvert que le THC a un impact sur des centaines de gènes différents, mais qu’il cible des gènes dans deux voies cellulaires principales et altère la méthylation de l'ADN, processus essentiel au développement normal. L'une des voies consiste à aider les organes du corps à atteindre leur taille maximale, tandis que l'autre implique un grand nombre de gènes qui régulent la croissance pendant le développement. "Nous ne savons pas encore ce que cela signifie mais nous devrions penser au fait que de plus en plus de jeunes hommes en âge de procréer aient légalement accès au cannabis", a déclaré la chercheuse Scott Kollins.

Concernant l’impact que cela peut avoir sur les futurs enfants des fumeurs de cannabis, les chercheurs restent prudents. "En ce qui concerne l’impact que cela a pour l'enfant en développement, nous ne le savons tout simplement pas", a déclaré Susan Murphy, chercheuse qui a participé à l’étude. "On ignore même si les spermatozoïdes touchés par le THC pourraient être suffisamment sains pour même féconder un ovule et poursuivre un développement en embryon", a-t-elle déclaré.

Arrêter le cannabis 6 mois avant de concevoir

L'étude constitue un point de départ sur les recherches concernant les effets épigénétiques du THC sur le sperme. Le nombre trop faible d’hommes impliqués dans l’essai empêche d’en faire une généralité et les résultats pourraient également être confondus avec d'autres facteurs affectant leur santé, tels que leur nutrition, leur sommeil, leur consommation d'alcool et d'autres habitudes de vie. Cependant, elle constitue un point de départ, les chercheurs déclarant vouloir poursuivre les recherches sur un groupe plus important. Ils ont également annoncer vouloir étudier si les modifications du sperme sont inversées lorsque les hommes cessent de consommer de la marijuana. Ils espèrent, enfin, tester le sang du cordon ombilical de bébés nés de pères avec du sperme modifié au THC pour déterminer quels changements épigénétiques, le cas échéant, sont transmis à l'enfant.

"Nous savons que la consommation de cannabis a des effets sur les mécanismes de régulation de l'ADN du sperme, mais nous ne savons pas s'ils peuvent être transmis à la génération suivante", a déclaré Susan Murphy. "En l'absence d'une étude définitive plus vaste, le meilleur conseil serait de présumer que ces changements se produiront. Nous ne savons pas s'ils seront permanents. Je dirais que, par précaution, arrêtez de consommer du cannabis pendant au moins six mois avant d'essayer de concevoir."

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité