Publicité

QUESTION D'ACTU

Révolution

Cancer du poumon : allongement décisif de la survie si une thérapie ciblée est possible

L’avènement des thérapies ciblées a complètement transformé le pronostic du cancer du poumon non à petites cellules avec un réarrangement du gène ALK, et ce même s’il est métastasé (stade IV). Une maladie qui tend à devenir chronique.

Cancer du poumon : allongement décisif de la survie si une thérapie ciblée est possible Eraxion/istock

  • Publié 01.01.2019 à 18h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Chez les malades souffrant d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC ) au stade métastasé (stade IV) avec un réarrangement du gène ALK (ALK +), la survie globale médiane est désormais de 6,8 ans. Un changement radical pour cette population de malades traités à l'Université du Colorado entre 2009 et 2017 : au lieu de seulement 2% des patients en vie 5 ans après le diagnostic, 50% des patients étaient en vie 6,8 ans après le diagnostic.

Ce sont les résultats d’une étude du Centre de cancérologie de l’Université du Colorado publiée dans le Journal of Thoracic Oncology. Le facteur le plus prédictif de la survie plus courte était le nombre d'organes porteurs de métastases au moment du diagnostic.

Une étude en vraie vie

Parmi les 110 malades de l’étude, avec un âge médian de 53 ans, 83% n’avaient jamais fumé. Presque tous ces patients avaient initialement été traités avec le 1er inhibiteur d’ALK, le crizotinib, qui avait obtenu l'approbation de la FDA en août 2011, mais qui était auparavant disponible au Colorado et dans d'autres centres médicaux universitaires dans le cadre d'essais cliniques.

Lorsque les patients de l'étude en cours ont eu des signes d'aggravation de leur maladie sous crizotinib (échappement), 78% ont été mis sous un inhibiteur d'ALK de nouvelle génération, le brigatinib, l'alectinib ou le céritinib. Ce que cette étude montre donc, c'est qu'avec le développement des nouvelles thérapies ciblées pour le cancer du poumon ALK-positif, même les malades qui ont des métastases cérébrales peuvent être en rémission pendant de très nombreuses années.

Intérêt des nouveaux inhibiteurs d’ALK

De nombreuses études ont rapporté une survie globale plus courte chez les patients ALK + CPNPC de stade IV sous crizotinib. Ces études ont eu des résultats de survie plus mauvais, en grande partie à cause d'un pourcentage plus faible de patients recevant les inhibiteurs d'ALK de nouvelle génération, même après progression sous crizotinib.

L'utilisation de chimiothérapies à base de pemetrexed dans le cancer du poumon ALK + a également influé sur la survie. A l’hôpital de l’Université du Colorado, en plus d’une thérapie ciblée avec des inhibiteurs d’ALK, les patients reçoivent une chimiothérapie (et parfois une radiothérapie). Cependant, il existe de nombreuses chimiothérapies, et on ignore souvent quelles chimiothérapies spécifiques ont le plus de succès. Selon une étude menée en 2011 par le même centre, le pemetrexed serait particulièrement efficace contre la forme ALK + de la maladie.

Efficacité sur les métastases cérébrales

Fait intéressant, l’existence de métastases cérébrales au moment du diagnostic n’a pas été associé à une survie plus courte. Un grand nombre des nouveaux inhibiteurs d'ALK développés après le crizotinib pénètrent très bien dans le cerveau et y fonctionnent de manière similaire par rapport au reste du corps.

L’équipe du Colorado a mis en place une surveillance systématique par imagerie cérébrale des malades sous crizotinib. Au lieu d’attendre les symptômes pour les traiter, les chercheurs dépistent les métastases cérébrales à un stade infraclinique, ce qui permet de recourir à un nouvel inhibiteur d’ALK à un stade très précoce des métastases cérébrales.

Révolution thérapeutique

« Une survie de 6,8 ans est l'une des plus longues survies médianes jamais rapportées pour une sous-population de CPNPC ALK+ avec une maladie de stade IV », a déclaré José Pacheco, premier auteur de l’étude. « Cela montre l'intérêt des thérapies ciblées, et en particulier celles de nouvelle génération sur la survie de nombreux malades. Et je pense que cela suggère que, désormais, pour certains types de CPNPC, il peut s'agir davantage d'une maladie chronique que d'une maladie en phase terminale. »

Selon le National Cancer Institute (Etats-Unis), les patients chez lesquels un cancer du poumon non à petites cellules avait été diagnostiqué entre 1995 et 2001 avaient 15% de chances d'être en vie 5 ans plus tard. Pour les malades atteints d'une maladie de stade IV, c’est-à-dire métastasée, cette survie à 5 ans tombait à 2%.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité