Publicité

QUESTION D'ACTU

British Medical Journal

Ecrans : les enfants doivent les éviter au moins une heure avant le coucher

Des experts estiment que l'utilisation des écrans pour les enfants et les adolescents n’est pas nuisible en soit, et que le plus important serait de ne pas en faire usage une heure avant le coucher. 

Ecrans : les enfants doivent les éviter au moins une heure avant le coucher grinvalds / istock.

  • Publié 10.01.2019 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Une nouvelle étude publiée dans le BMJ (British Medical Journal) a passé en revue nombre de données disponibles sur l’impact des écrans sur la santé des enfants et des adolescents. Sans surprise, une surconsommation des écrans a été liée à de nombreux problèmes, comme le surpoids ou la dépression.

Pas assez de preuves  

Néanmoins, les associations ont été moins probantes que ceux à quoi s’attendaient les chercheurs. "Il n'y a pas ou pas assez de preuves pour établir une association entre les écrans et les troubles de l'alimentation, les idées suicidaires, le risque cardiovasculaire, l'asthme ou la douleur", écrivent-ils. Il existent également "peu de preuves" d'associations entre les écrans et l'anxiété, l'hyperactivité, l'inattention, l’estime de soi, une mauvaise forme cardiorespiratoire, un mauvais développement cognitif, un faible niveau d'instruction et un sommeil de mauvaise qualité.

Au final, les experts estiment que l'utilisation des écrans pour les enfants et les adolescents n’est pas nuisible en soit, et ne fixent pas de limite de temps. Le plus important serait de ne pas en faire usage une heure avant le coucher. "Une heure passée à utiliser une bonne application éducative ou à faire des recherches pour faire ses devoirs n'aura probablement pas le même effet sur un enfant qu'une heure à regarder la télévision avec des publicités et encore moins une heure sur les réseaux sociaux", explique aussi le professeur Kevin McConway (Open University, Royaume-Uni).

Une heure par jour en semaine

Pour Stephen Scott, du National Academy for Parenting Research at the Institute of Psychiatry, "il aurait été bon d'avoir un nombre précis d'heures recommandées, par exemple une heure par jour en semaine, et peut-être 2 à 3 heures le week-end, étant donné que les enquêtes montrent que beaucoup d'enfants utilisent des écrans 4 à 6 heures par jour".

En France, un enfant sur deux commence à regarder la télévision avant 18 mois, selon les résultats préliminaires d'une récente étude menée par l'Inserm et l'Ined sur le sujet. Deux enfants sur trois âgés de 2 ans regardent la télé tous les jours, et la situation empire à mesure que le niveau d’étude des parents baisse. 4 enfants sur cinq sont quotidiennement devant la télé dans les familles avec un niveau d'études inférieur au bac. 

Des recommandations floues en France

"L'Inserm, l'Ined et la direction générale de la santé travaillent à faire évoluer les recommandations des autorités sur le sujet, qui restent floues. Ce que l'on observe pour l'instant, c'est que ce temps passé devant la télé se fait au détriment d'autres activités et de temps de socialisation importants pour le développement de l'enfant", souligne sur France Info Jonathan Bernard, épidémiologiste à l'Inserm et auteur de l’étude. 

Concernant les autres écrans, une majorité d’enfants n’utilise pas de tablette ou de smartphone à 2 ans, mais 20 à 30% les regardent au moins chaque semaine, particulièrement dans les familles nombreuses. Les enfants qui ont au moins deux frères ou sœurs ont tendance à jouer moins aux jeux vidéo, mais à utiliser plus souvent des smartphones.

"Afin de prévenir de graves retards du développement chez les bébés et les jeunes enfants, nous demandons que des campagnes nationales issues des observations et des recommandations des professionnels du terrain […] soient menées en France et diffusées dans tous les lieux de la petite enfance", appelait déjà l’année dernière dans une tribune au Monde 31 professionnels de l’enfance.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité