Publicité

QUESTION D'ACTU

Droitier ou gaucher ?

Allaitement ou biberon : la façon de nourrir son bébé pourrait influencer sa latéralité

Et si la façon dont vous nourrissez votre nourrisson jouait un rôle dans la main qu’il préfèrera utiliser plus tard dans sa vie ? Selon une étude de l’Université de Washington, les bébés nourris au biberon ont davantage de chances d’être gauchers que ceux nourris au sein.

Allaitement ou biberon : la façon de nourrir son bébé pourrait influencer sa latéralité golubovy/iStock

  • Publié 11.01.2019 à 11h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Lorsqu’on est jeune maman, choisir la manière dont on nourrit son enfant n’a rien d’anodin. Certaines font le choix de l’alimentation au biberon pour des raisons pratiques ou pour laisser au papa participer aux repas de son bébé, d’autres lui préfèrent l’allaitement maternel, qu’elles estiment être une expérience corporelle et émotionnelle unique, qui les lie à leur bébé.

Ce que les jeunes mamans ignoraient jusqu’à présent, c’est que ce choix qui ne regarde qu'elles pourrait bien influencer la latéralité de leur enfant. C’est en tout cas la thèse défendue par des chercheurs de l’Université de Washington. Dans une étude publiée dans Laterality: Asymmetries Body, Brain and Cognition, l’alimentation d’un nourrisson peut en effet influencer en partie quelle sera sa main dominante, et en particulier pour les bébés nourris au sein. Ces derniers sont en effet associés à une prévalence moins élevée de gauchers et ce, même en tenant compte d’autres facteurs pouvant influencer la latéralité de l’enfant.

L’allaitement joue un rôle dans la latéralisation du cerveau

Pour déterminer dans quelle mesure l’allaitement maternel ou au biberon pouvait jouer un rôle dans la détermination de la main dominante de l’enfant, les chercheurs ont rassemblé les données concernant plus de 60 000 mères et leur bébé, provenant d’enquêtes nationales de 5 pays. Ils se sont notamment intéressés à la durée de l’allaitement maternel rapportée par les mères et ont ainsi découvert que l’allaitement pendant plus de six mois était associé à 3% moins de bébés gauchers que ceux nourris au biberon, un bébé nourri au biberon sur cinq étant probablement imputable à un allaitement durant moins de six mois.

Comment l’expliquer ? Pour les auteurs de l’étude, le choix de l’alimentation au sein ou au biberon joue un rôle dans le processus cérébral qui définit la latéralité, aux côtés d’autres facteurs comme la génétique. "Nous pensons que l'allaitement optimise le processus subi par le cerveau lors de la consolidation de la prise en main", explique le Pr Philippe Hujoel, auteur principal de l’étude. "C’est important parce que cela fournit un élément de preuve indépendant selon lequel l’allaitement au sein devra peut-être durer de six à neuf mois."

Pour les auteurs de l’étude, ces résultats mettent en lumière le rôle de l’allaitement dans un processus appelé latéralisation du cerveau : c’est-à-dire lorsque certaines zones du cerveau dédiées au contrôle et à la motricité se localisent sur l’un côté du cerveau, l’hémisphère droit ou l’hémisphère gauche. "L’allaitement maternel pourrait optimiser cette latéralisation pour devenir droitier ou gaucher au cours d'une période critique au cours des neuf premiers mois de la petite enfance", écrivent-ils dans un communiqué.

Évidemment, soulignent les chercheurs, l’allaitement maternel n’est pas le seul facteur à déterminer quelle main l’enfant utilisera plus tard. La latéralité se définit tôt, dès la vie in utero, et est notamment déterminée par la génétique. "[Nos] résultats actuels suggèrent donc que la période critique de latéralisation cérébrale, la fenêtre temporelle dans laquelle la latéralisation cérébrale est susceptible de se développer, commence quelque temps avant le troisième mois in utero et se termine dans la petite enfance avant l'âge de 9 mois", conclut le Pr Hujoel.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité