Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Course à pied : ce n’est pas le choc du pied sur le sol qui provoque les fameuses fractures de fatigue

Alors que les objets connectés sont prisés des amateurs de footing, un chercheur américain a découvert que ces derniers, qui peuvent notamment éviter des fractures de stress, ne mesurent pas la bonne chose.

Course à pied : ce n’est pas le choc du pied sur le sol qui provoque les fameuses fractures de fatigue BartekSzewczyk / iStock

  • Publié 18.01.2019 à 17h50
  • |
  • |
  • |
  • |


Cela commence par une douleur persistante au niveau du pied ou du bas de la jambe. Puis, cette douleur devient de plus en plus intense, voire s’accompagne de gonflements. Il s’agit là de l’une des blessures les plus courantes chez les amateurs de course à pied : la fracture de stress.

Ces petites fissures de l’os peuvent empêcher un coureur ou une coureuse de pratiquer son activité sportive pendant des mois. De nos jours, il existe des objets connectés, des capteurs censés éviter la fracture de stress. Cette technologie portable, baptisée "wearable" en anglais, représente un marché de plusieurs milliards de dollars. Le problème, selon un chercheur américain, c’est qu’elle ne mesure pas les bons facteurs. Ses conclusions sont publiées dans la revue PLOS One.

La contraction des muscles pendant la course fragilise les os

En effet Karl Zelik, de l’Université Vanderbilt (Tennessee, Etats-Unis), a découvert que les capteurs liés à cette technologie ne mesurent que l’impact du pied sur la chaussée, et pas la force exercée sur les os. En travaillant avec un club de course local, un spécialiste en orthopédie et des ingénieurs de son université, il a aussi constaté qu’en réalité, c’est la contraction des muscles qui force sur les os, et non pas le choc du pied sur le sol.

Un constat encore ignoré aujourd’hui par l’industrie des vêtements et des objets connectés. "Nous avons examiné la littérature scientifique récente et avons constaté que plus de 50 publications rapportaient ou interprétaient leurs résultats chaque année, sur la base de l’hypothèse erronée selon laquelle l’impact sur le sol était représentatif du stress sur les os et les muscles à l’intérieur du corps", déclare Karl Zelik.

Bientôt un nouvel outil technologique ?

L’équipe de Karl Zelik a analysé 10 coureurs sur un tapis roulant spécial, équipé de capteurs, afin d’enregistrer l’impact du pied sur le sol. Les chercheurs ont aussi utilisé des caméras de capture de mouvement à haute vitesse. "Nous avons ensuite combiné ces signaux en utilisant des algorithmes biomécaniques pour estimer la force de compression ressentie par le tibia, un endroit commun aux fractures de stress", détaille Emily Matijevich, chercheuse ayant participé à l’étude.

Premier constat: la pression du pied sur le sol n’est pas forcément corrélée à celle exercée sur le tibia. Parfois même, elle était plus basse ! L’équipe de Karl Zelik a récemment déposé une demande de brevet pour un système doté de plusieurs capteurs portables, et qui fusionne ces deux éléments. Dans l’objectif de donner une meilleure idée du stress osseux, et de prévenir les blessures.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité