Publicité

QUESTION D'ACTU

Addiction

La happiness therapy : un moyen d'accompagner le sevrage des addictions... et les autres maladies

De courts exercices de psychologie positive, auto-administrés, pourraient considérablement augmenter le bonheur instantané des personnes en convalescence d'une addiction... mais aussi dans d'autres situations.

La happiness therapy : un moyen d'accompagner le sevrage des addictions... et les autres maladies torwai/iStock

  • Publié 19.01.2019 à 16h37
  • |
  • |
  • |
  • |


Une étude des chercheurs du Massachusetts General Hospital, s'avère être la première du genre à vérifier si des exercices de psychologie positive stimulent le bonheur des personnes en convalescence. Un élément fondamental chez des personnes dont le cerveau était habitué à être inondé de dopamine sous l'influence des drogues car la dopamine est la protéine du plaisir.

« Les spécialistes de la toxicomanie vont de plus en plus au-delà de l'objectif traditionnel de réduire ou d'éliminer la consommation de substances en préconisant des protocoles de traitement qui englobent la qualité de vie. Pourtant, les expériences positives orchestrées sont rarement intégrées au traitement des toxicomanes. » Déclare l'auteur principal, Bettina B. Hoeppner , Ph.D., chercheur principal au Recovery Research Institute.

Des auto-exercices psychiques

Plus de 500 personnes ayant déclaré avoir des problèmes avec la drogue ont participé à un sondage en ligne randomisé. Lors de ce sondage, les participants se sont vu attribuer l'un des cinq exercices disponibles, n'excédant pas 4 minutes, à réaliser en complément de leur cure de sevrage.

Notamment, 3 exercices ont apporté de manière significative du bonheur aux personnes. parmi les exercices au choix :

  • "Revivre des moments heureux", dans lequel ils ont sélectionné l'une de leurs propres photos qui montre un moment de bonheur et écrit un texte décrivant ce qui se passait dans l'image.
  • Un exercice intitulé "Savourer", dans lequel les participants ont décrit deux expériences positives qu’ils ont apprécié la veille, a conduit au deuxième plus gros gain de satisfaction.
  • "Rose, épine, bourgeon", une exercice dans lequel ils énonçaient un moment important ainsi qu'une difficulté surmontée de la veille et un plaisir anticipé du lendemain, a suivi dans l'ordre de gain de satisfaction.

L'exercice « 3 choses difficiles » a pour sa part eu l'effet inverse. Les participants, qui étaient invités à écrire sur les défis auxquels ils avaient été confrontés la veille, a entraîné une diminution significative du bonheur.

Une application large

Le bonheur des patients, à l'aide d'exercices de psychologie positive, est un soutien important pour un bon sevrage. La facilité d'utilisation et l'efficacité de ces exercices de psychologie positive permettraient de les utiliser non seulement dans le traitement d'une dépendance, mais également de toute autre pathologie où le bonheur et le plaisir sont altérés.

« Ces résultats soulignent l'importance de relever les défis de la convalescence par des expériences positives. » A déclaré Hoeppner, professeur agrégé de psychologie au département de psychiatrie de la Harvard Medical School. « Pour que l'effort soit durable pendant le rétablissement, des expériences positives doivent être réalisées en cours de sevrage."

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité