Publicité

QUESTION D'ACTU

Réseaux sociaux

Comment les théories anti-vaccin se diffusent-elles sur internet ?

Des chercheurs spécialisés en communication scientifique s’intéressent à l’augmentation des refus de vaccination. Selon eux, internet et les réseaux sociaux expliquent largement ce phénomène anti-vaccin. 

Comment les théories anti-vaccin se diffusent-elles sur internet ? golubovy/istock

  • Publié 17.02.2019 à 19h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Toujours plus de défiance et des maladies presque disparues qui reviennent : les vaccins n’ont plus la côte. Depuis quelques années, le refus de se faire vacciner est devenu un enjeu de santé publique majeur en France et dans d’autres pays développés. Pour preuve, l’Organisation mondiale de la santé a classé la défiance envers les vaccins parmi les menaces pour la santé mondiale en 2019 et la rougeole est en augmentation constante.

Les anti-vaccins existent depuis longtemps, mais les réseaux sociaux auraient permis à leurs messages de se diffuser plus largement et plus vite. Marina Joubert et Francois van Schalkwyk, chercheurs de l’Université Stellenbosch en Afrique du Sud décryptent dans The Conversation la relation entre théories anti-vaccin et internet. 

La diffusion d’informations militantes ou non-vérifiées 

Les réseaux sociaux permettent à tout le monde de diffuser des informations en ligne ou de les partager, les discours militants se mélangent aux autres sans afficher clairement leurs intentions. Dans sa thèse, François van Schalkwyk explique que les membres du mouvement des anti-vaccins sélectionnent des articles de revues scientifiques, en ne prenant que ceux qui sont susceptible de soutenir leurs opinions, et les partagent pour semer le doute chez des personnes qui ne sont pas encore convaincues.

Il est possible pour de nombreux sujets liés à la santé et à la science en général de trouver des études favorables ou défavorables, pour certaines, cela dépendra de la rigueur de la publication, pour d’autres, il s’agit de sujets encore sources de débats dans la communauté scientifique. Les scientifiques sud-africains précisent qu’avec les réseaux sociaux, c'est le mélange des genres et l'information tronquée : la vérification de l’information et de sa qualité disparaît. Il est ainsi difficile de discerner le discours militant de celui qui est objectif et vérifié. 

La notion de "chambre d’écho"

Sur de nombreux réseaux sociaux, comme Facebook qui compte plus de 2 milliards d’utilisateurs, il est possible de créer des groupes. Ces derniers créent ce que les chercheurs appellent des "chambres d’écho" : les informations partagées renforcent les croyances des adhérents, comme les anti-vaccins, car les opinions divergentes sont peu, voire pas présentes.

Les chercheurs expliquent qu’avec ces modes d’échange, le système de communication du haut vers le bas ne peut pas fonctionner : apporter d’autres preuves scientifiques pour contredire des propos ne ferait que renforcer la méfiance des internautes. Une étude, parue dans la revue Pediatrics, montre que tenter de faire changer d’avis une personne anti-vaccin ne fait qu’empirer la situation. Lorsque la croyance est ancrée dans la tête d’une personne, il est très difficile de la faire changer d’avis. 

De nouvelles recherches et des mesures gouvernementales 

Au sein de l’Université Stellenbosch, des projets de recherche tentent de décrypter grâce à des cas concrets ces phénomènes. Deux pages Facebook ont été créées, l’une diffuse des messages pro-vaccin, l’autre des théories anti-vaccin : les chercheurs souhaitent ainsi mieux comprendre l’origine des discours anti-vaccin et comment ceux-ci se diffusent.

Au Royaume-Uni, un organisme de protection de la santé veut aller plus loin. La directrice de la Royal Society for Public Health, Shirley Cramer, appelle les géants du web à prendre leurs responsabilités et à agir contre la diffusion d’informations trompeuses en matière de vaccination, comme le rapporte Courrier International.

Peut-être que pour enrayer le phénomène des anti-vaccins, ce sont les principaux concernés qui pourront agir : aux Etats-Unis, des jeunes se retrouvent sur des forums en ligne pour trouver comment se faire vacciner sans l’autorisation de leurs parents. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité