Publicité

QUESTION D'ACTU

Immunothérapie

Cancer du rein métastatique : un nouveau standard de traitement

Une association d'une immunothérapie et d'une thérapie ciblée pourrait s'avérer plus efficace pour lutter contre les cancers du rein avancés, selon deux nouvelles études présentées à l'ASCO-GU. 

Cancer du rein métastatique : un nouveau standard de traitement sudok1

  • Publié 17.02.2019 à 14h57
  • |
  • |
  • |
  • |


Deux nouvelles études distinctes publiées samedi 16 février dans le New England Journal of Medicine et présentées lors du congrès présenté lors du congrès ASCO-GU 2019 apportent des résultats encourageants dans le traitement du cancer du rein métastatique

La première étude est un essai clinique de phase 3 mené par l'Institut du Cancer de Dana-Farber (Boston, États-Unis). Elle montre que la combinaison d'une immunothérapie l'avelumab, combiné au traitement ciblé axitinib (anti-VEGF) pourrait devenir un nouveau standard du traitement de première ligne chez les malades souffrant d'un cancer du rein métastatique. 

Diminution des tumeurs 

Les travaux ont porté sur 886 patients atteints de cancer du rein. Parmi eux, 442 ont reçu de l'avelumab (une immunothérapie anti-PD-L1) et de l'axitinib comme traitement, et 444 ont reçu le sunitinib, un anti-VEGF de première génération pour le traitement du cancer du rein métastatique. 

Les malades qui ont reçu l'association ont eu un avantage significatif dans la survie sans progression par rapport à ceux traités en monothérapie. L'étude a montré que la survie moyenne sans progression était de 13,8 mois chez les patients traités par l'avelumab et l'axitinib, comparativement à 7,2 mois chez ceux traités par le sunitinib.

"Les patients recevant l'association médicamenteuse ont également un taux de réponse plus élevé - ce qui signifie que leurs tumeurs ont diminué - comparé à celles du groupe recevant uniquement du sunitinib", a expliqué Toni K. Choueiri, MD, auteur principal des recherches parues dans le New England Journal of Medicine.

47% moins de risques de décès 

La deuxième étude, également parue dans le NEJM, a testé deux modes de traitement sur une cohorte de 861 patients atteints de cancer du rein : la première avec une combinaison de pembrolizumab (immunothérapie anti-PD-L1) et d'axitinib et la seconde avec du suninib uniquement.

Parmi les patients qui ont participé à l'étude, 432 ont reçu du pembrolizumab par voie intraveineuse et de l'axitinib comme traitement, et 429 ont reçu du sunitinib. Les résultats montrent que la survie moyenne sans progression de la maladie est de 15,1 mois dans le groupe pembrolizumab-axitinib contre 11,1 mois chez les patients traités au sunitinib.

Les patients qui ont reçu le traitement combiné pembrolizumab-axitinib présentent donc un risque de décès inférieur de 47 % et un risque de progression de la maladie inférieur de 31 % à ceux qui ont reçu le sunitinib.

Des recherches plus approfondies sont nécessaires 

Ces deux études ont donc des résultats similaires, à savoir que les traitements en association améliorent nettement les chances de survie et stoppent davantage la progression de la maladie que les traitements en monothérapie. Cette nouvelle piste s'avère donc prometteuse, même si les traitements combinés expérimentés dans ces deux études ne sont pas encore approuvés par la Food and Drug Administration pour le cancer des cellules rénales. 

Pour le Dr Bernard Escudier, ancien président du groupe génito-urinaire de l'Institut Gustave Roussy en France, qui a publié un éditorial dans le NEJM au sujet de ces 2 nouveaux travaux : "Ces deux combinaisons devraient devenir de nouvelles normes de soins et être incorporées dans les futures directives."

Reste à savoir si l'efficacité de ces traitements se confirment à long terme. Les experts soulignent donc la nécessité de suivre les patients plus longtemps, ainsi que de mener des recherches plus approfondies sur la manière globale dont les immunothérapies influencent les approches thérapeutiques.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité