Publicité

QUESTION D'ACTU

Fatigue incontrôlable

Finalement, la narcolepsie serait bien une maladie auto-immune

On le soupçonnait maintenant depuis un long moment, et des chercheurs viennent de prouver que la narcolepsie serait une maladie auto-immune. 

Finalement, la narcolepsie serait bien une maladie auto-immune tommaso79 / Istock

  • Publié 22.03.2019 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La narcolepsie est une maladie chronique du sommeil, qui apparaît principalement chez des jeunes entre 10 et 30 ans. Elle touche une personne sur 3.000 à 5.000 en France, c’est donc une maladie rare. Elle engendre comme symptômes des endormissements incontrôlables et une difficulté à rester éveillé, elle peut même engendrer des hallucinations, même si des médicaments existent.

70 % des patients souffrent également de cataplexie, se caractérisant par une chute brutale du tonus musculaire. Il s’agit de la narcolepsie de type 1, la plus fréquente. Elle se caractérise par un déficit en hypocrétine, une molécule qui contrôle l'état de veille. Cela signifie que, chez les personnes atteintes, les neurones qui produisent l'hypocrétine fonctionnent moins bien. Cette nouvelle recherche, publiée dans la revue Nature Communications, prouve ce que de nombreux chercheurs soupçonnaient depuis plusieurs années : la nature auto-immune de la narcolepsie.

Il y aurait une prédisposition à la narcolepsie

Pour mener cette étude, des chercheurs danois ont analysé le sang de 20 patients atteints de narcolepsie et de 52 personnes en bonne santé. Ils ont remarqué que presque tous ceux atteints de la maladie avaient des lymphocytes T CD8 auto-réactifs. Le rôle de ces cellules lymphocytes T est de reconnaître les antigènes des neurones qui produisent l'hypocrétine, et de détruire les cellules infectées.

Birgitte Rahbek Kornum, qui a mené ces travaux, explique ce que cela signifie : "nous avons trouvé des cellules T CD8 cytotoxiques auto-réactives dans le sang de patients atteints de narcolepsie. C'est-à-dire que les cellules reconnaissent les neurones qui produisent l'hypocrétine qui régule l'état de veille du sujet. Cela ne prouve pas que ce sont elles qui ont tué les neurones, mais c'est un pas en avant important."

Deux nouvelles pistes à analyser

Cependant, les cellules auto-réactives étaient également présentes chez des personnes en bonne santé : "ici, les cellules n'ont probablement pas été activées", explique la chercheuse. "C'est quelque chose que nous voyons de plus en plus souvent avec l'auto-immunité - qu'elle est en sommeil en chacun de nous, mais n'est pas activée chez tout le monde." La prochaine étape sera donc de découvrir quel mécanisme active ces cellules auto-réactives. Deux pistes seront à analyser : une prédisposition génétique ou une infection (voire les deux). D’autres recherches seront nécessaires pour élucider la question. Mais cette découverte pourrait permettre de mettre au point des médicaments qui ciblent le problème immunitaire, et ainsi mieux traiter la narcolepsie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité