Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Alcoolisme : les lésions cérébrales peuvent progresser après le sevrage

Les effets de la consommation excessive d'alcool peuvent durer beaucoup plus longtemps que nous le pensions. Chez les personnes ayant une consommation excessive depuis un long moment, les effets neurologiques dureraient même après le sevrage.

Alcoolisme : les lésions cérébrales peuvent progresser après le sevrage Rawpixel /istock

  • Publié 08.04.2019 à 17h25
  • |
  • |
  • |
  • |


La plupart d'entre nous connaissent les effets immédiats de la consommation d'alcool sur le cerveau. Pour en citer quelques-uns : une vision floue, un trouble de la parole, une euphorie ou une dépression, voire une perte de mémoire et un état de confusion général. Cependant, pour ceux qui consomment des quantités excessives d'alcool pendant de longues périodes, ces lésions cérébrales répétées peuvent avoir un effet durable sur la santé neuronale et mentale.

La dépression et l'anxiété ne sont que quelques-unes des conditions que les scientifiques ont associées à la consommation d'alcool à long terme. La consommation excessive d'alcool peut également causer le syndrome de Wernicke-Korsakoff, une maladie qui cause "une amnésie, une confusion extrême et des troubles de la vision". Ces effets néfastes disparaissent-ils une fois que la personne a cessé de boire de l'alcool ? Jusqu'à présent, les chercheurs le croyaient, mais une nouvelle recherche remet cela en cause.

Des effets persistent plus longtemps qu’escomptés

Alors que les précédentes recherches sur l’alcool soutenaient qu’un arrêt de la consommation stoppait la dégénérescence des cellules, cette nouvelle étude suggère que les lésions cérébrales induites par l’alcool ne cessent pas en même temps que la consommation d’alcool. Au contraire, les effets nocifs de l'alcool peuvent continuer pendant l'abstinence. Ces recherches pourraient changer la donne quant aux soins à donner pendant le sevrage. Ces résultats ont été publiés dans la revue JAMA Psychiatry.

Pour examiner les modifications cérébrales structurelles chez les personnes atteintes d’un trouble de la consommation d’alcool, deux groupes de chercheurs ont collaboré : des scientifiques de l’Institut des neurosciences CSIC-UMH d’Alicante, en Espagne, et des chercheurs de l’Institut central de la santé mentale de Mannheim, en Allemagne. Ils ont utilisé des techniques de neuro-imagerie pour examiner 90 personnes âgées en moyenne de 46 ans et ayant dû être hospitalisées en raison de leur dépendance.

En tant que groupe témoin, les chercheurs ont recruté 36 hommes âgés de 41 ans en moyenne et n’ayant pas de trouble lié à l’alcool. "Un aspect important de notre travail est que le groupe de patients participant à cette recherche est hospitalisé dans un programme de désintoxication. Leur consommation de substances addictives est donc contrôlée, ce qui garantit qu’ils ne boivent pas d’alcool. Par conséquent, la phase d’abstinence peut être suivie de près", précise le Dr Santiago Canals, co-auteur et coordinateur de l’étude.

Quels sont les effets à long terme de l'alcool sur le cerveau ?

La recherche a révélé des dommages dans l'hémisphère droit et la région frontale du cerveau. Les modifications de la structure de la substance blanche ont persisté pendant six semaines après que les participants eurent cessé de boire. La matière blanche du cerveau contient les cellules, les axones et la myéline, des composants essentiels permettant un "échange d'informations rapide et efficace" entre neurones situés dans différentes zones du cerveau.

"Il existe un changement généralisé dans la substance blanche, c’est-à-dire dans l’ensemble des fibres qui communiquent avec différentes parties du cerveau. Les altérations sont plus intenses dans le corpus callosum et le fimbria. Le corpus callosum (ou corps calleux) est lié à la communication entre les deux hémisphères", explique le Dr Canals. "Le fimbria contient les fibres nerveuses qui permettent la communication entre l'hippocampe, une structure fondamentale pour la formation des mémoires, le noyau accumbens et le cortex préfrontal."

Pour résumer, le noyau accumbens est une partie vitale du système de récompense du cerveau, tandis que le cortex préfrontal agit dans le processus de réflexion et la planification complexe, la fonction exécutive, la prise de décision et le comportement social. Les conclusions de cette étude remettent donc en question ces croyances voulant que les lésions cérébrales cessent immédiatement avec l’arrêt de la consommation d'alcool. Ces recherches permettront une meilleure prise en charge des personnes dépendantes à la boisson en rémission.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité