Publicité

QUESTION D'ACTU

Antibiorésistance

Comment voyager dans les pays tropicaux nous expose aux bactéries multirésistantes

Une nouvelle étude met en garde les personnes voyageant dans les pays tropicaux à faible revenu : même en séjournant à l’hôtel, elles encourent un risque quatre fois plus élevé de contracter des bactéries résistantes aux médicaments.

Comment voyager dans les pays tropicaux nous expose aux bactéries multirésistantes anyaberkut/iStock

  • Publié 15.04.2019 à 14h49
  • |
  • |
  • |
  • |


Même en séjournant dans un hôtel luxueux ou un logement privé, les voyageurs se rendant dans des pays tropicaux à revenu faible et intermédiaire (PRFI) prennent le risque de revenir chez eux en hébergeant une ou plusieurs bactéries résistantes aux médicaments dans leur intestin.

C’est ce que mettent en lumière de nouveaux travaux présentés lors du dernier Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID) qui se déroule à Amsterdam du 13 au 16 avril. Selon leurs auteurs, ce risque est d’autant plus important chez les voyageurs âgés entre 20 et 30 ans.

1 voyageur sur 5 a été contaminé

Selon les auteurs, cette étude est la première à faire état d'un séjour en hôtel comme facteur de risque de colonisation par des entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre étendu (ESBL-PE), des bactéries résistantes à la majorité des antibiotiques.

Pour étudier l'impact des voyages intercontinentaux sur la propagation de ces bactéries, les chercheurs ont étudié les facteurs de risque de colonisation intestinale chez 230 personnes résidant en Allemagne et s’étant rendues dans des pays tropicaux. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de selles des participants avant et après leur voyage à l'étranger. Tous les voyageurs ont aussi rempli des questionnaires sur les facteurs de risque, y compris les pays qu’ils visitaient, la durée du séjour, le type de résidence, les symptômes, le traitement antibiotique, l'utilisation des soins de santé, l'alimentation et l'hygiène.

Les résultats ont montré qu'environ 1 voyageur sur 5 (soit 53 sur 230) a contracté des bactéries ESBL pendant son voyage à l'étranger. Ce sont ceux qui ont voyagé en Asie de l’Ouest, du Sud et de l’Est qui sont les plus exposés : leur risque de contracter une bactérie résistante est quatre fois plus élevé que ceux se rendant dans d’autres régions tropicales et subtropicales.

Les données recueillies montrent aussi un élément étonnant : les personnes hébergées dans un hôtel ou dans un logement privé étaient dans chaque cas quatre fois plus susceptibles de contracter des bactéries ESBL que celles hébergées dans une résidence comme une auberge, une maison d'hôtes ou un camping.

Enfin, le risque de colonisation par les entérobactéries productrices de bêta-lactamases varie avec l’âge, ont découvert les chercheurs : les voyageurs âgés de 20 à 30 ans ont par exemple cinq fois plus de risques de contracter des bactéries résistantes aux médicaments que les voyageurs âgés de 50 ans et plus. Cela peut être dû à la longueur des séjours des jeunes voyageurs, qui ont donc plus de risque d’être colonisés.

Un risque de propagation mondiale

D’après le Dr Lynn Meurs, co-auteure de l’étude, ces nouvelles recherches "confirment que les voyages intercontinentaux, en particulier dans les zones à haut risque déjà connues, contribuent probablement à la propagation mondiale" des bactéries aux médicaments. "La colonisation en soi n'entraîne aucun problème de santé", poursuit la scientifique. "Cependant, il existe un risque d'infection par des bactéries dont les patients sont colonisés, en particulier chez les patients hospitalisés. Si cela devait se produire avec des ESBL-PE, ces infections telles que les infections des voies urinaires, la pneumonie et la septicémie pourraient être plus difficiles à traiter que les infections par des bactéries sensibles aux antibiotiques standard."

Voilà pourquoi les chercheurs recommandent aux amateurs de périples dans les pays tropicaux d’avoir conscience qu’ils peuvent être porteurs de bactéries résistantes aux médicaments dans les semaines qui suivent leur voyage. Ils peuvent cependant "prévenir efficacement leur propagation à d’autres personnes, par exemple en se lavant les mains régulièrement".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité