Publicité

QUESTION D'ACTU

Découverte

Cerveau : et si nous pouvions effacer nos regrets ?

Des scientifiques ont travaillé sur une stimulation par ultrasons d'une région frontale du cerveau qui règle la pensée contrefactuelle, celle qui agit sur nos prises de décisions.

Cerveau : et si nous pouvions effacer nos regrets ? Natali_Mis /istock

  • Publié 19.04.2019 à 12h20
  • |
  • |
  • |
  • |


"Si j'avais su...", ou "si j'avais osé..." : des réflexions qui traversent nos esprits et qui se rapportent à des décisions non prises alors qu'elles faisaient partie de choix dont nous étions conscients. Mais nous avions écarté ces options qui nous semblaient sur le moment indisponibles. C'est ce que l'on appelle la "pensée contrefactuelle".

Le rôle du "cortex cingulaire antérieur"

Des scientifiques de l'Université de Chicago (Etats-Unis) viennent d'établir, à partir d'expériences réalisées sur des primates, qu'une méthode par ultrasons non-invasive peut agir sur une région frontale du cerveau dite "cortex cingulaire antérieur" en régulant cette pensée contrefactuelle. Leurs travaux ont donc mis en lumière la façon dont l'activité du cortex cingulaire influence la prise de décisions. Une découverte passionnante publiée dans la revue Neurology.

Si cette partie du cerveau ne fonctionne pas correctement, cela peut empêcher un individu de choisir la meilleure option, non seulement sur le moment mais même plus tard lorsqu'elle devient plus adaptée à la situation.

Certains malades psychiatriques pris au piège d'habitudes inutiles

Les experts estiment que de tels dysfonctionnements du cerveau peuvent expliquer pourquoi les personnes atteintes de certaines maladies psychiatriques restent prises au piège d'habitudes inutiles. L'équipe a étudié comment les singes "conservaient la valeur des choix contrefactuels, choix qui ne pouvaient être pris dans l'instant mais qui pourraient l'être à l'avenir". Des travaux qui ont montré, grâce à des balayages IRM du cerveau de ces singes, qu'une stimulation par des ultrasons non invasive confirmait le rôle du cortex cingulaire antérieur en perturbant leur pensée contrefactuelle.

Des perspectives enthousiasmantes

"La prochaine étape consiste à mener d'autres essais sur l'homme, mais le potentiel est très excitant", assurent les scientifiques. Et pour cause : pouvoir réguler la pensée contrefactuelle ouvre des perspectives enthousiasmantes. Celle-ci peut en effet intervenir dans notre fonctionnement cérébral de façon négative. C'est à travers cette pensée contrefactuelle que notre esprit met en avant des erreurs passées, voie idéale pour cultiver la culpabilité ou l'auto-flagellation. "Quand on ressasse ce type de pensées, on finit par penser que le monde entier est notre ennemi", expliquait en 2009 le Dr Catherine Solano dans un article publié sur le site e-Santé.

Mais cette pensée contrefactuelle négative peut aussi être utile en proposant des choix futurs permettant de corriger ou d'éviter les erreurs passées. Mieux, selon Catherine Solano, la pensée contrefactuelle peut aussi être positive. Et de citer comme exemple le cas d'une personne se disant : "Si je n'avais pas été à cette soirée, je n'aurais jamais rencontré mon conjoint avec qui je vis une histoire très heureuse...". Ceux qui manipulent cette pensée contrefactuelle sur le mode positif peuvent ainsi voir le monde à travers un prisme plus réjouissant...

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité