Publicité

QUESTION D'ACTU

Espoir

Ebola : un appareil pour détecter le virus en cinq minutes seulement

Aux Etats-Unis, des chercheurs ont mis au point un appareil capable de détecter le virus Ebola en cinq minutes seulement. Une découverte qui intervient alors que la République démocratie du Congo est en proie à une terrible épidémie. 

Ebola : un appareil pour détecter le virus en cinq minutes seulement Motortion/iStock

  • Publié 04.05.2019 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que le cap des 1 000 morts a été franchi vendredi 3 mai dans l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola en République démocratique du Congo, des chercheurs ont réussi à mettre au point un appareil qui pourrait bien changer la donne. Comme l’explique l’article paru dans la revue ACS Sensors, des scientifiques de l’Université de Rochester de Technologie (Etats-Unis) ont développé un prototype muni de bio senseurs capables de détecter le virus.  

Ke Du, professeur assistant en ingénierie mécanique, et son équipe ont réussi à développer cet outil, une petite puce munie d’une unité de détection de fluorescence hautement sensible, grâce à la technologie CRISPR d'édition de gènes pour surveiller et détecter les marqueurs d'acide nucléique indiquant Ebola. Si le virus a plusieurs souches proéminentes, les chercheurs se sont concentrés sur EBOV qui a un taux de mortalité très élevé. Et les premiers résultats sont très encourageants : d’après l’étude, l’appareil réussirait à détecter le matériel génétique d’Ebola en cinq minutes seulement.

"Si un individu circule d’une communauté infectée à une autre, il peut facilement répandre l’épidémie. C’est pourquoi avant que des symptômes d’Ebola comme la toux ou la fièvre ne se manifestent, les individus devraient être soumis à un test sanguin pour qu’on leur permette de voyager", explique Ke Du. "Nous essayons de développer un appareil à bas prix facilement utilisable surtout par le personnel médical travaillant dans des pays en développement ou dans des zones en crise".

Les chercheurs travaillent également à la mise au point d'un appareil capable de détecter d’autres souches de virus tels que la grippe ou Zika par exemple. "J’ai grandi en Chine et j’ai vécu la crise SARS (syndrome respiratoire aigu sévère) de 2002-2004. J’ai vu beaucoup de gens perdre leurs proches à cause de maladies infectieuses. Si nous disposions de systèmes de détection précoces pour aider à analyser tous les types de maladies, cela pourrait donner des informations aux médecins et aux microbiologistes pour les aider à développer des vaccins", développe-t-il. Et de conclure : "Par ailleurs, une détection précoce peut aider à contrôler et même à empêcher les épidémies".

En RDC, la méfiance des populations locales envers les équipes médicales 

Cette découvert intervient alors que la République démocratique du Congo vit la deuxième plus grave crise de l’histoire d’Ebola, après celle qui a menacé l’Afrique de l’Ouest en 2014 et fait plus de 11 000 morts. "Au total, il y a eu 1 008 décès (942 confirmés et 66 probables) et 422 personnes guéries", a indiqué le ministère congolais de la Santé dans son bulletin quotidien le 9 mai, soit neuf mois après la déclaration de l’épidémie à l’est du pays.

"Le taux de létalité globale de l'épidémie est de 65,9%", ont précisé les autorités tandis que l’Organisation Mondiale de la Santé dénonçait des "manipulations politiques" poussant les locaux à refuser l’aide du personnel médical dans les régions affectées. "Le fait est qu’Ebola se propage maintenant de plus en plus rapidement et beaucoup de personnes ne cherchent plus à obtenir de soins. Il est clair que certaines communautés vulnérables ne font pas confiance aux personnes intervenant pour lutter contre Ebola", expliquait quant à lui le directeur Santé et Soins de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) dans un communiqué en avril.

En effet, dans les localités de Butembo et de Katwa, qui totalisent à elles seules 51,9% des 1 008 décès en RDC, les deux centres de traitement d’Ebola ont récemment été attaqués. Par ailleurs, un médecin camerounais de l'OMS a été tué le 19 avril à Butembo alors qu'il dirigeait une réunion d'une équipe anti-Ebola. Autre exemple de la méfiance des populations locales : les enterrements "dignes et sécurisés" des malades à la charge de la Croix rouge sont perçus par les populations comme une "agression culturelle en mettant les cadavres d'Ebola dans des sachets et en les enterrant dans des fosses communes", explique le professeur Godefroid Ka Mana, chercheur à Pole Institute, à l’AFP.

"Chaque fois qu'on a laissé les équipes de la riposte travailler, on est parvenu à contrôler la maladie rapidement", a quant à lui déclaré le ministre congolais de la Santé. Espérant une "inversion de la tendance", il pense "juguler l’épidémie" en "six ou neuf mois, ou une année".  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité