Publicité

QUESTION D'ACTU

Grossesse à risque

La progestérone diminue le risque de fausse-couche

La progestérone diminue considérablement les risques de fausse-couche, notamment chez les femmes les plus fragiles. 

La progestérone diminue le risque de fausse-couche Vasyl Dolmatov / istock.

  • Publié 09.05.2019 à 15h45
  • |
  • |
  • |
  • |


La fausse-couche est l’une des plus grandes craintes des futurs parents en début de grossesse, et peut être un véritable traumatisme psychologique. Mais quand la menace est grande, l'administration de progestérone aux femmes enceintes diminuerait considérablement ce risque, selon une nouvelle étude publiée dans le New England Journal of Medicine.  

"Les fausses couches sont une complication courante de la grossesse, touchant une femme sur cinq, et les saignements vaginaux en début de grossesse sont associés à une fausse couche sur trois", explique le Dr Adam Devall, directeur de l’étude.

Trois fausses couches ou plus

La progestérone est une hormone stéroïdienne principalement sécrétée par les cellules du corps jaune des ovaires et le placenta. Elle est impliquée dans la grossesse et l'embryogenèse de nombreuses espèces de mammifères, ainsi que dans le cycle menstruel.

4 153 femmes enceintes ayant présenté des saignements au début de leur grossesse ont été incluses dans la cohorte. Un groupe de 2 079 femmes a pris de la progestérone, tandis que l'autre groupe de 2 074 femmes n’a reçu qu’un placebo. A la fin des grossesses, le nombre de bébés nés en bonne santé a augmenté de 4% dans le "groupe progestérone". Cet avantage était encore plus grand pour les femmes qui avaient déjà fait trois fausses couches ou plus, avec une augmentation de 15% du taux de natalité dans le groupe sous progestérone comparativement au groupe placebo.

Sauver des milliers de bébés

"Ce traitement pourrait sauver des milliers de bébés qui, autrement, auraient pu être perdus à cause d'une fausse couche", concluent les auteurs, soulignant qu’il s’agit de la plus vaste étude jamais menée sur la question.

S’il s’agit souvent d’un événement isolé, il arrive parfois que des femmes soient sujettes aux fausses couches à répétition. C’est particulièrement le cas pour celles qui tombent enceintes tardivement : les femmes de 40 ans présentent 40% plus de risques de faire une fausse couche. Un accouchement prématuré, une césarienne ou un diabète gestationnel augmentent aussi les risques.

Le risque de fausse couche

Par ailleurs, plus on est tôt dans la grossesse, plus le risque de fausse couche est élevé. "On sait que les fausses couches statistiquement ont plutôt lieu aux alentours de la 9ème semaine de grossesse, quand le placenta prend le relais du corps jaune. Au-delà de 10 semaines, si la grossesse évolue bien, il y a 99% de chances qu'il n'y ait pas de fausse couche", indique au site Magic Maman le Pr Philippe Deruelle, gynécologue-obstétricien au CHU de Lille.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité