Publicité

QUESTION D'ACTU

Nouveau concept

Le « syndrome du cow-boy », responsable de l’épidémie de suicides masculins

Dans la majorité des pays occidentaux, les hommes se suicident beaucoup plus que les femmes. 

Le « syndrome du cow-boy », responsable de l’épidémie de suicides masculins kanyakits / istock.

  • Publié 11.06.2019 à 08h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que le taux de suicide des Américains augmente depuis des années, un long reportage du magazine Rolling Stones sur l’Ouest du pays avance une explication : le "syndrome du cow-boy", défini comme "le fantasme macho d'un homme qui n'a besoin que de lui-même".

Le taux de suicide total des États-Unis a augmenté de 31%, passant de 10,7 à 14 pour 100 000 personnes au cours des deux dernières décennies. Il est presque quatre fois plus élevé chez les hommes (22,4 pour 100 000 en 2017) que chez les femmes (6,1 pour 100 000 en 2017). 70% de ceux qui passent à l’acte sont des hommes blancs d’âge moyen, entre 40 et 65 ans. Le Montana, l’Alaska et le Wyoming sont les Etats les plus touchés par ce fléau, avec un point commun : la présence de cow-boys et de leurs armes à feu, qui façonnent la culture de ces régions depuis des siècles.

Incapacité à demander de l’aide

"On avait l’espoir qu’à mesure que l’économie de rétablirait, le taux de suicide diminuerait", analyse la Dre Jane Pearson, spécialiste du suicide. Mais ce n’est pas ce qui est arrivé, et "nous nous interrogeons : que se passe-t-il ?". Les facteurs explicatifs cités par le reporter sont nombreux : la solitude, l’accès aux armes à feu, l’alcoolisme, la drogue, la peur des préjugés, le manque d’accès aux soins de santé mentale… Mais surtout, l’incapacité à demander de l’aide, phénomène qui se retrouve chez la majorité des hommes occidentaux.

En Europe, trois suicides sur quatre sont commis par des hommes, ce qui amène à une disparition toutes les minutes. "Les hommes parlent moins que les femmes quand ils rencontrent des problèmes de santé", explique Alienor Descours de Guernon, responsable de la Movember Foundation France. "Ils consultent également beaucoup moins vite quand quelque chose ne va pas. C’est l’une des grandes priorités de Movember : inciter les hommes à mieux communiquer, à s’ouvrir", poursuit-elle.

Privilégier les sorties en famille

Dans une récente lettre ouverte publiée dans The Lancet, un collectif de scientifiques conseille également aux personnes suicidaires de délaisser les réseaux sociaux pour privilégier les sorties en famille, entre amis, ou encore l’inscription dans un club de sport par exemple. "Au lieu de recourir uniquement à la médication ou au traitement psychologique individuel, les cliniciens devraient également se tourner vers les liens sociaux réels", notent-ils afin d'attirer l’attention sur ce problème de santé publique.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité