Publicité

QUESTION D'ACTU

ESPT

Rescapé du Bataclan, Guillaume s’est suicidé : qu'est-ce que le stress post-traumatique ?

Deux ans après le suicide de Guillaume Valette, un survivant du Bataclan, la justice a reconnu son statut de victime directe de l’attentat du 13 novembre. Il souffrait de stress post-traumatique (ESPT). 

Rescapé du Bataclan, Guillaume s’est suicidé : qu'est-ce que le stress post-traumatique ? triocean/iStock

  • Publié 16.06.2019 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Près de deux ans après le suicide de Guillaume Valette, un survivant du Bataclan, la justice a reconnu son statut de victime directe de l’attentat du 13 novembre. Indemne physiquement mais bouleversé psychologiquement, le jeune homme de 31 ans s’est suicidé le 19 novembre 2017 dans sa chambre de la clinique psychiatrique du Val-de-Marne, où il avait été admis un mois et demi avant.

A l’hôpital, il avait été suivi par le psychiatre du Fonds de garantie des actes de terrorisme et autres infractions (FGTI), l’organisme chargé d’évaluer le préjudice des victimes. "Ce sujet présente un trouble psycho-traumatique caractérisé, qui reste évolutif, avec de très nombreux évitements, des moments d’anxiété majeure en de nombreuses circonstances (...), une modification de son rapport à l’existence, un remaniement de son système de valeurs, le sentiment d’un éloignement dans son rapport aux autres", relatait alors le psychiatre. Mais qu’est-ce que l’état de stress post-traumatique (ESPT)?

Cette pathologie est connue depuis l’Antiquité

Si le terme est issu des recherches sur les vétérans américains de la guerre du Vietnam, cette pathologie est connue depuis l’Antiquité. "Les soldats de Sparte (400 avant J.C.) avaient déjà droit à une pension d’invalidité en raison des troubles psychiques liés aux combats !", explique le psychiatre Eric Caillon au Parisien.

Cet état se manifeste chez des personnes ayant vécu une situation durant laquelle leur intégrité physique ou psychologique ou celle de leur entourage a été menacée ou atteinte. Les personnes qui en souffrent rapportent des cauchemars, des flash-backs d'événements traumatiques, de l'anxiété, de la peur et de l'hyper vigilance. Elles évoquent également un engourdissement émotionnel, de la colère et un comportement violent, ainsi que l'abus de drogues et d'alcool.

Certains aspects positifs peuvent survenir  

En effet, il arrive que "la dépression se complique par des troubles addictifs (consommation d’alcool) ou des modifications durables de la personnalité : tristesse permanente, perte d’insouciance ou d’invulnérabilité en raison de la proximité vécue avec la mort. Cela modifie leur rapport à l’existence avec un impact sur la vie quotidienne ou celle des proches", note Eric Caillon.

Le stress post-traumatique est une maladie chronique qui peut durer toute une vie si elle n’est pas traitée efficacement. "Il y a des soins psychiatriques adaptés. Mais on constate que le soutien de l’environnement – familial et professionnel – du patient est primordial", poursuit Caillon. Ainsi, concernant les rescapés du Bataclan, certains ont changé d’univers professionnel. "Alors qu’ils travaillaient jusque-là dans la publicité, le marketing ou le design, ils se sont engagés dans des métiers davantage tournés vers l’autre. Toute crise, quand elle est dépassée, peut susciter du positif. C’est le principe même de la résilience", explique-t-il.

Enfin, malgré le nombre important de personnes souffrant de stress post-traumatique (jusqu’à 12% de la population vit avec ce trouble dans certains pays en difficulté), il arrive régulièrement que ces dernières ne soient pas prises au sérieux. "Plusieurs victimes ont par exemple entendu des réflexions peu amènes dans le monde professionnel du style : bon maintenant ça fait six mois que l’attentat est passé, tu as tes deux jambes, il serait temps de te remettre au boulot…", détaille Caillon.

Un long combat pour une juste considération

Par ailleurs, "jusqu’aux attentats, les barèmes d’indemnisation étaient scandaleusement faibles pour les victimes de troubles psychiques (…) C’est un long combat pour faire comprendre que se sentir déprimé et avoir du mal à se lever le matin nécessite la même considération que la perte d’un membre", précise-t-il.

Sur son site, l’Association d’aide aux victimes de France (AVF) conseille aux victimes de se préparer à l’avance pour les questions "piège" qu’elles pourraient recevoir de certains experts pour éviter de les indemniser en tant que victimes d'ESPT. "Une des spécialités de certains médecins conseils d'assurances est de trouver chez la victime un état antérieur justifiant les symptômes et éviter ainsi d'indemniser ce poste qui peut représenter dans les cas les plus graves jusqu'à 30% d'AIPP (l’Atteinte Permanente à l’Intégrité Physique et Psychique est un taux servant à déterminer la réduction des capacités physiques ou intellectuelles de la victime suite à un accident, afin de décider de l'indemnisation qui en découle, NDLR)".

"Certains médecins du Fonds de garantie ont pris conscience de la faiblesse des taux reconnus en psychiatrie et les ont augmentés pour les victimes des attentats. Mais tous ne l’ont pas fait et pour les autres situations (viol, accident, agression…), les taux demeurent trop faibles", conclut Eric Caillon.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité