Publicité

QUESTION D'ACTU

Prostate

Cancer de la prostate : le traitement hormonal augmenterait les risques de démence et d’Alzheimer

Un traitement par privation androgénique augmenterait le risque de démence et d’Alzheimer pour les patients atteints de cancer de la prostate.

Cancer de la prostate : le traitement hormonal augmenterait les risques de démence et d’Alzheimer noipornpan/istock

  • Publié 09.07.2019 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les résultats d’une étude de l’University of Pennsylvania, publiés dans la revue JAMA, montrent qu’un traitement hormonal par privation androgénique serait lié à une augmentation du risque de démence et d’Alzheimer chez les patients atteints de cancer de la prostate. 

Sur les 154.089 hommes participant à l’étude, 62.330 avaient été traités avec un traitement hormonal dans les deux ans suivants le diagnostic de leur cancer. 13% d’entre eux ont été ensuite diagnostiqués de la maladie d’Alzheimer, comparé à seulement 9% des patients qui n’avaient pas reçu de traitement hormonal. 

Concernant la démence, les chiffres sont encore plus éloquents : 22% des patients traités par traitement hormonal ont été diagnostiqués avec une démence, contre 16% des patients qui n’en avaient pas reçu. Le risque moyen d’être diagnostiqué de la maladie d’Alzheimer est de 12% selon les chiffres Framingham Heart Study.

Cette étude se base également sur des études précédentes plus restreintes qui montraient déjà des corrélations similaires entre traitement hormonal et risques cognitifs chez les patients atteints de cancer de la prostate. 

Le cancer le plus fréquent chez l'homme

"A notre connaissance, c’est une des plus larges études en date examinant cette association de risques, qui a suivi les patients sur une période de huit ans après leur diagnostic de cancer de la prostate, explique l’auteur principal de l’étude, le professeur Ravishankar Jayadevappa. Ces résultats suggèrent que les médecins doivent mieux sensibiliser leurs patients aux risques cognitifs à long terme d’un traitement hormonal et en discuter avec eux."

En France, avec 71 000 nouveaux cas estimés tous les ans, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme, devant le cancer du poumon (27 500 cas) et le cancercolorectal (21 500 cas). Aux Etats-Unis, le cancer de la prostate est le second cancer le plus meurtrier chez les hommes. 

Le traitement hormonal par privation androgénique a montré des résultats probants dans le ralentissement de la progression de la maladie. Le traitement se base sur une réduction des niveaux d’hormone mâles dans le corps, les androgènes, afin de les empêcher de favoriser le développement des cellules cancéreuses. Elle est majoritairement utilisée chez les patients diagnostiqués d’un cancer avancé, lorsqu’il a déjà métastasé ou si les risques de rechute sont importants.

Mais son utilisation est de plus en plus controversée, notamment à cause d’études montrant l’existence d’un lien entre ce traitement et un risque de démence ou d’Alzheimer mais aussi de perte de poids, de diabète, de maladie cardiovasculaire et de dépression.

L’équipe de chercheurs note cependant qu’il est nécessaire de lancer des recherches plus en profondeur sur les mécanismes biologiques à l’œuvre dans le lien entre traitement hormonal par privation androgénique et démence.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité