Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer de la peau

Une nouvelle méthode pour traiter les cancers de façon personnalisée

En utilisant une technologie ultra-sensible et à haute isolation, des chercheurs ont pu identifier les néo-antigènes à l’origine de réponses anti-tumorales chez un patient.

Une nouvelle méthode pour traiter les cancers de façon personnalisée noipornpan/istock

  • Publié 23.07.2019 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Etre capable d’identifier les cibles de l’immunothérapie adoptive est une des premières étapes pour développer un traitement personnalisé pour les patients atteints de cancers difficiles à traiter. Cependant, savoir quelle réponse immunitaire aura le patient à l’exposition à un certain type de protéine anormale due à la mutation d’un nouvel antigène peut s’avérer complexe. 

C’est ce qu’ont réussi à faire une équipe de chercheurs de l’université UCLA grâce à une technologie ultra-sensible et à haute isolation (appelée imPACT Isolation Technology® par PACT Pharma), conçue pour isoler des lymphocytes T néo-épitopes. Grâce à cette technologie, ils ont pu identifier les néo-antigènes à l’origine des réponses anti-tumorales chez un patient traité avec un blocage anti-PD-1 et ainsi isoler les lymphocytes T responsables. 

Les résultats de cette étude étaient présentés à une conférence spéciale de l’American Associate of Cancer Research.

Cancer de la peau et mélanome métastatique

Utiliser des inhibiteurs immunitaires pour traiter des personnes atteintes de mélanome métastatique a permis de révolutionner la façon dont ce cancer de la peau mortel était traité. Cependant, de nombreuses personnes ne peuvent toujours pas bénéficier de ce traitement. 

Jusqu’à aujourd’hui, l’immunothérapie adoptive, qui consiste dans l’extraction et la culture des lymphocytes T d’un patient en laboratoire, ciblait des antigènes partagés. Ce qui restreignait l’utilisation de cette méthode pour certains patients, notamment parce que tous les cancers ne peuvent pas être traités en ciblant le même antigène. 

Le but de cette étude et de plusieurs autres est d’améliorer les méthodes d’identifications des cibles dans ces thérapies dans le but de développer des traitements plus personnalisés. 

Les chercheurs ont analysé les réponses des lymphocytes T chez deux patients atteints de mélanome avancé, un qui répondait correctement au traitement anti-PD-1 et un autre qui n’y répondait pas. 

Une meilleure compréhension des réponses des lymphocytes T

Grâce à la technologie de PACT Pharma, les chercheurs ont pu isoler les lymphocytes T et les récepteurs qui reconnaissent les mutations de la tumeur. Les récepteurs des lymphocytes T étaient ensuite réintroduits via un génome non-viral afin de générer des néo-antigènes spécifiques aux lymphocytes T qui sont utilisés pour combattre les cellules du mélanome chez le patient. 

“Nous espérons qu’une meilleure compréhension des réponses des lymphocytes T qui ont lieu après un blocage immunitaire permettra de mettre en place des immunothérapies adoptives personnalisées,” explique Cristina Puig-Saus, auteure principal de l’étude.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité