Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladies oubliées

Le scorbut est de retour en France

On pensait que c’était de l’histoire ancienne. Pourtant, le scorbut fait son grand retour en France depuis quelques années.

Le scorbut est de retour en France Nixxphotography / istock

  • Publié 16.08.2019 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La gale, la tuberculose ou encore la rougeole… Ces maladies, que l’on pensait oubliées, sont réapparues en France. Une autre doit être ajoutée à la liste: le scorbut.

Cette pathologie sévissait principalement chez les marins jusqu’au 18 ème siècle. L’édition de juin de la revue La Presse Médicale rapporte quelques cas de scorbut récemment survenus dans l’Hexagone. Ces observations montrent les différentes formes que peut prendre la maladie.

Des progrès rapides après dosage de vitamine C

Méconnu, le scorbut n’est plus enseigné dans les facultés de médecine, car considéré comme étant d’un autre âge. Pourtant, des médecins niçois rapportent trois cas de patients, examinés entre août 2017 et janvier 2018.

Le premier cas concerne une femme de 74 ans hospitalisée pour des douleurs aux chevilles et des signes hémorragiques (tâches, ecchymoses) sur les jambes. Les traitements à base d’opioïdes ne parvenaient pas à apaiser ces douleurs. L’équipe de spécialistes pensent d’abord à un purpura. De plus, la patiente était amaigrie et présentait une anémie.

Les médecins lui prescrivent de la vitamine C par intraveineuse, à la demande de la patiente. "L’évolution a été favorable avec régression des douleurs et du purpura dès 72 heures après le début du traitement", explique Nathalie Tieulié, du service de rhumatologie du CHU de Nice.

Trois cas différents

Le second cas est celui d’un homme de 61 ans, hospitalisé pour une douleur au genou. Ce dernier présentait un gros hématome dans le creux du genou gauche, et un autre au niveau de la cuisse droite. Pourtant, il n’avait pas subi de choc. Grâce à un scanner, les médecins constatent la présence de sang dans l’articulation.

Ce patient aussi présentait une anémie sévère. De plus, cet homme édenté avait une alimentation déséquilibrée, à raison d’un repas par jour à base de préparations industrielles. À noter que dans sa forme la plus sévère, le scorbut se traduit par un déchaussement des dents, une purulence des gencives et des saignements. L’équipe médicale réalisent également un dosage de vitamine C par voie orale. En trois jours, les symptômes du patient évoluent de manière favorable.

Le troisième cas concerne une femme de 41 ans, hospitalisée pour des abcès récidivants, des hématomes sur les membres inférieurs et des saignements de nez à répétition. Les examens sanguins ne montrent pas d’anémie. Toutefois, la patiente présente un taux de vitamine C trop faible. Là encore, le dosage en vitamines par voie orale s’avère efficace.

Le scorbut peut être mortel

Ces trois patients présentent des signes cliniques très différents. En effet, le scorbut peut se manifester de différentes manières. Parfois, les symptômes peuvent être trompeurs: fatigue, amaigrissement, douleurs musculo-squelettiques… Mais également, comme nous avons pu le voir: purpura, gencives hémorragiques, saignements dans les articulations.

L’équipe de médecins niçois veut montrer qu’il est important de penser au scorbut devant l’apparence de ces signes. Car même si le dosage en vitamine C fait régresser les symptômes assez rapidement, le scorbut peut être mortel en cas d’absence de traitement. La vitamine C est pourtant un remède facile à prescrire, peu coûteux et efficace.

En France, le scorbut est principalement observé chez les sujets âgés dépendants ou institutionnalisés, les personnes sans domicile fixe, celles atteintes de troubles psychiatriques ou les enfants en situation de précarité familiale.

"Il revient aux professionnels de santé de reconnaître et de traiter à bon escient le scorbut des temps modernes, et aux décideurs politiques et éducateurs d’éradiquer cette maladie de l’inégalité, de la misère et de la précarité, insupportables et inacceptables dans les pays développés", conclut le Pr Jean-Louis Schlienger de la faculté de médecine de l’Université de Strasbourg.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité