Publicité

QUESTION D'ACTU

Médicament

Une molécule pour mieux récupérer après une crise cardiaque

En cas de crise cardiaque, les cellules endommagées contaminent leur environnement et aggravent les lésions. Une nouvelle molécule pourrait éviter cet "effet de voisinage".

Une molécule pour mieux récupérer après une crise cardiaque Doucefleur/iStock

  • Publié 19.08.2019 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Disposera-t-on bientôt d'un médicament qui pourrait réduire les dommages causés au coeur par une crise cardiaque en protégeant ses tissus sains?  C'est ce que laisse espérer le travail d'une équipe de chercheurs menée par Robert Gourdie et publiée le 19 août dans le Journal de l'American Heart Association. Cette équipe aurait mis au point une molécule capable de préserver les tissus cardiaques pendant et même après une crise. 

Lorsque l'accident cardiaque survient, les cellules du coeur, privées de l'oxygène fourni par le flux sanguin, meurent rapidement. Mais les cellules atteintes envoient des "signaux" à leurs voisines toujours en bonne santé, ce que les scientifiques appellent un "effet de voisinage". Résultat, la lésion devient bien plus grande.

Un composé appelé alphaCT1

Il est donc important de chercher un moyen de limiter la lésion aux cellules directement affectées par l'accident cardiaque tout en permettant aux cellules du muscle cardiaque situées à proximité de rester intactes.

L'équipe de Robert Gourdie a découvert un composé qui cible l'activité des canaux des membranes cellulaires chargés de contrôler le fameux "effet de voisinage". 

Ce composé, appelé alphaCT1, a également provoqué d'autres effets inattendus et bénéfiques, notamment en ce qui concerne la cicatrisation des plaies cutanées. "Nous avons constaté que cela permettait de réduire l'inflammation et de guérir des plaies chroniques telles que les ulcères du pied du diabétique', précise Robert Gourdie.

Un tremplin vers des essais cliniques

Le groupe a alors conçu des molécules avec de légères différences chimiques par rapport à la molécule mère, ce qui a permis une autre découverte inattendue: l'un des variants d'alphaCT1, appelé alphaCT11, a montré davantage de puissance que la molécule mère et semble être encore plus efficace pour protéger le coeur des lésions ischémiques similaires à celles survenant lors d'une crise cardiaque. "alphaCT11 pourrait servir de base à une nouvelle façon de traiter les crises cardiaques", estime Robert Gourdie qui développe de nouvelles méthodes pour administrer alphaCT11 en utilisant de minuscules gouttelettes lipidiques d'origine naturelle. De nouvelles expériences qui pourraient constituer un tremplin vers des essais cliniques chez des patients ayant subi une crise cardiaque.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité