Publicité

QUESTION D'ACTU

Détecter le cancer

Cancer du col de l’utérus : des chercheurs proposent un nouveau test de dépistage

Au sein de l’Institut Pasteur, une équipe de recherche a mis au point un nouvel examen capable de détecter une infection au papillomavirus humain et de prédire le risque de cancer. 

Cancer du col de l’utérus : des chercheurs proposent un nouveau test de dépistage Darunechka/istock

  • Publié 22.08.2019 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Améliorer le dépistage des cancers permet de mieux les prendre en charge et de réduire leur taux de mortalité. À l’Institut Pasteur, des chercheurs travaillent sur un nouveau test de dépistage pour le cancer du col de l’utérus. Ils en présentent les caractéristiques dans The Journal of Molecular Diagnostics. 

Le frottis ou le test HPV ? 

Le frottis est l’examen le plus courant pour détecter un cancer du col de l’utérus. Son objectif est de déterminer la présence, ou non, de cellules anormales qui pourraient devenir des lésions cancéreuses par la suite. Il ne détecte que 70% des lésions pré-cancéreuses et dans certains cas, le test peut donner de faux résultats positifs. Chaque frottis positif est suivi d’une biopsie pour confirmer ou infirmer les résultats. Le test HPV peut également être réalisé pour détecter une infection au papillomavirus humain (HPV).

Ce dernier est la cause de 90% des cancers du col de l’utérus. L’inconvénient majeur de cet examen est qu’il y a un risque de sur-diagnostic, car il est fréquent que les femmes de moins de 30 ans soient porteuses du virus. 

Un double test 

Dans cette nouvelle recherche, les scientifiques français ont fait le choix d’un double test : il peut déterminer le type de HPV et identifier les marqueurs précancéreux. "Ce test unique en son genre allie les avantages des analyses moléculaires (typage des HPV) à ceux de la cytologie cervicale (phénotypage des cellules)", précise Marc Eloit, auteur principal de la recherche. Un essai a été réalisé auprès de 55 patientes, 28 avaient des lésions sans danger et 27 des lésions pré-cancéreuses.

En comparaison au test HPV "classique", l'examen a permis de dépister deux patientes infectées par le HPV en plus. Le test est capable de détecter la présence d’un HPV dans 97,3% des cas. D’après le chercheur, le nombre de cas positifs qui s’avèrent négatifs, et inversement, est moins important avec cette méthode. D’autres essais sont nécessaires avant le développement du test et son accessibilité pour le grand public. 

Chaque année, environ 1 000 femmes décèdent d’un cancer du col de l’utérus en France. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité