Publicité

QUESTION D'ACTU

Débat de société

Loi bioéthique : la technique du « bébé-médicament » n’y figurera pas

Lundi 7 octobre, l’Assemblée nationale a voté un amendement déposé par le groupe Les Républicains proposant d’abandonner la technique controversée du "bébé-médicament" dans le cadre de la loi de bioéthique.

Loi bioéthique : la technique du « bébé-médicament » n’y figurera pas FamVeld/iStock

  • Publié 09.10.2019 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La possibilité de concevoir un enfant dans le but de guérir son grand frère ou sa grande sœur atteinte d’une maladie génétique ne figurera pas dans la loi bioéthique, actuellement discutée à l’Assemblée nationale.

Lundi soir, les députés ont voté un amendement proposé par Les Républicains afin d’abroger cette technique connue sous le nom de "bébé-médicament". "Cette technique a été autorisée à titre expérimental par la loi du 6 août 2004. Mais, au regard de la transgression qu'elle représente, une telle possibilité ne saurait être maintenue dans le Code de la santé publique sans nécessité impérieuse", a déclaré la députée Annie Genevard (LR), à l’origine de l’amendement.

Un dilemme éthique

La technique du "bébé-médicament" consiste à prélever des cellules souches dans le cordon ombilical du nouveau-né. Ce dernier a été conçu avec un double diagnostic préimplantatoire (DPI-HLA) pour qu'il soit indemne de la maladie génétique dont souffre son frère ou sa sœur et immuno-compatible avec lui. Ce prélèvement sanguin dans le cordon a pour but de guérir l’enfant atteint de la maladie génétique.

Éthiquement controversée, la technique du bébé-médicament a été abrogée par une large majorité de députés. "Le bébé médicament nous interpelle. On est face à un dilemme éthique", a ainsi estimé le député Thibault Bazin (LR). "Entre l'enfant à soigner et l'enfant à naître, il faut faire prévaloir le principe de la dignité de la personne qui doit exister pour elle-même pas pour une autre", a plaidé Thibault Bazin (LR).

"On voit bien l'efficacité de cette méthode mais il y a une interrogation sur l'utilisation d'un embryon et, à terme d'une personne, comme un moyen et non comme une fin puisqu'on va faire peser sur lui le poids de la possibilité de la guérison d'un autre enfant", a encore rappelé Xavier Breton (LR).

Si le rapporteur du projet de loi Jean-François Eliaou (LREM) a plaidé pour le maintien de la technique en estimant qu’elle représentait "la seule possibilité pour traiter" certains patients atteints de maladies génétiques rares, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait expliqué ne pas avoir le recul nécessaire pour s’exprimer sur le sujet, ayant été par le passé médecin hématologue et praticienne hospitalière.

 "Il s'agit de familles qui ont un projet parental, décident de faire un autre enfant et, dans le cadre, se voient proposer de chercher en plus, la compatibilité pour que ce nouvel enfant puisse éventuellement sauver son frère ou sa soeur. Mais ce ne sont pas des enfants fabriqués pour sauver un autre bébé", avait cependant rectifié la ministre de la Santé face à certains arguments avancés par l’opposition.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité