Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Un nouveau test sanguin pour déceler la présence d’un anévrisme

La desmosine, détectable dans l'urine et dans le sang grâce à un nouveau test, est un marqueur qui permet d’anticiper la présence d’anévrisme sur les artères. 

Un nouveau test sanguin pour déceler la présence d’un anévrisme

  • Publié 16.10.2019 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Une équipe de chercheurs de l'école de médecine de l'Université de Dundee, en Ecosse, a mis au point un nouveau test sanguin afin de détecter la présence de desmosine dans le sang et l’urine. Cet acide aminé, responsable de l’élasticité de la paroi artérielle, est un marqueur préfigurant la survenue d’un anévrisme. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Journal of American Heart Association. 

Cependant, maintenant, avec les chercheurs de l'école de médecine de l'Université de Dundee ont finalement mis au point le nouveau test sanguin qui est perçu comme une étape importante qui peut aider dans le développement de nouvelles thérapies que les médecins peuvent utiliser pour réduire le nombre de décès causés par les anévrismes aortiques.

L’anévrisme, le tueur silencieux  

L'anévrisme est une dilatation localisée de la paroi artérielle qui peut parfois se produire dans l’aorte, qui est chargée d’acheminer le sang du coeur vers les organes. L’anévrisme est considéré comme un “tueur silencieux”, car les patients peuvent ne présenter aucun symptôme avant sa rupture. Environ 80 % des patients présentant une rupture d'anévrisme finissent par en mourir. 

L'équipe de chercheurs écossais à l’origine de ce nouveau test sanguin pense qu'en identifiant la présence de desmosine dans le sang et l’urine, cela améliorerait le diagnostic et la surveillance des anévrismes de l'aorte. A terme, cela pourrait également permettre de mettre au point de nouvelles thérapies afin d’éventuellement ralentir la progression de la dilatation et l'affaiblissement de la paroi artérielle.

Selon les recherches menées jusqu'à présent, les hommes de plus de 65 ans sont les plus à même de développer un anévrisme, mais aussi ceux pour lesquels il est possible de procéder à un dépistage par échographie. Si les médecins constatent un gonflement et un affaiblissement de la paroi artérielle, ils pourraient faire l’objet de dépistages réguliers. La progression des anévrismes n'étant pas linéaire, les chercheurs pensent qu’ils peuvent se développer rapidement entre deux dépistages espacés.

Jusqu’à présent, il est difficile de corréler la taille de l'anévrisme et le temps restant avant qu'il ne se rompe. Toutefois, les chercheurs de Dundee affirment que la mesure du taux de desmosine dans le sang peut être un moyen plus efficace d'identifier les patients ayant un besoin urgent de traitement.

Selon le Dr Anna Maria Choy, chargée de cours clinique principale et consultante honoraire en cardiologie à l’université de Dundee, on traite actuellement les patients par la chirurgie lorsque l'anévrisme atteint une taille considérée comme dangereuse. Cependant, comme la progression de cette condition est imprévisible, l’anévrisme peut se rompre même si sa taille n’est pas particulièrement importante. “ Tout cela signifie que nous devons trouver une meilleure façon de détecter et de surveiller les anévrismes, car il s'agit d'une terrible source d'incertitude pour les patients et leurs familles. Nous avons établi que la desmosine était libérée dans le sang lorsque cette maladie était présente et nous avons donc examiné si le dépistage pourrait s'en trouver amélioré.”

Des échantillons de sang pour améliorer la prédiction des complications

En examinant la collecte rétrospective d'échantillons de patients souffrant d’anévrisme, il est possible de détecter efficacement les anévrismes et améliorer la prédiction des complications et des résultats. “Cela peut potentiellement aider à sauver des vies en détectant les signes de danger non repérés par le programme de dépistage actuel, et en identifiant les patients qui devraient se voir offrir une chirurgie”, poursuit le Dr Anna Maria Choy. 

L'équipe de Dundee et ses co-chercheurs d'Édimbourg, de Leicester et de Singapour ont vérifié les taux de desmosine chez les patients présentant des anévrismes allant de très légers à extrêmement graves. Ils ont constaté qu'il s'agissait non seulement d'un indicateur efficace de la taille de l'anévrisme, mais aussi de la probabilité que le patient développe des complications.

Les chercheurs affirment que plus de 5 000 décès dûs à une rupture d'anévrisme de l'aorte sont signalés chaque année au Royaume-Uni, et qu'ils sont responsables d’un décès sur 75 chez les hommes de plus de 65 ans. L'incidence augmente à mesure que la population vieillit, tandis que les fumeurs, les diabétiques et les personnes souffrant d'hypertension font partie des autres groupes à risque. Le Dr Jeffrey Huang, le principal chercheur qui a mis au point le dosage de la desmosine, affirme que les programmes de dépistage disponibles ont contribué à réduire le nombre de décès dûs à des anévrismes, mais qu'ils nécessitent beaucoup de ressources. De plus, un test sanguin pour déterminer l'état de santé est moins coûteux et plus convivial pour le patient qu'une échographie.

La prédiction des anévrismes peut mener à la mise au point de traitements

Le Drs Choy et Huang croient que bien qu'il n'y ait pas d'intervention médicale connue pour ralentir la progression des anévrismes, la nouvelle analyse sanguine pourrait mener au développement de thérapies par des essais cliniques, car ceux-ci autoriseraient des lectures plus rapides et plus claires des concentrations de desmosine.

L'équipe de chercheurs mène actuellement des recherches chez les femmes qui connaissent un taux de mortalité plus élevé, même si elles sont moins susceptibles de recevoir un diagnostic d'anévrisme. Selon le Dr Choy, “cela peut aussi s'avérer important pour les personnes atteintes de maladies génétiques qui entraînent une maladie des parois aortiques. En fin de compte, dans toute maladie de l'aorte, nous pensons que cet acide aminé peut avoir un rôle à jouer dans la détection, la prédiction et le suivi.”

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité