Publicité

QUESTION D'ACTU

Omissions

Etude controversée sur la viande : "Le Monde" révèle des liens entre les auteurs et le secteur agroalimentaire

Les chercheurs qui ont tiré de leurs travaux des recommandations favorables à la consommation de viande auraient omis de déclarer des liens avec l'industrie agroalimentaire. C'est ce que révèle le journal "Le Monde".

Etude controversée sur la viande : \ Karabndaev/iStock

  • Publié 15.10.2019 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Quatre chercheurs originaires de sept pays – dont certains sont issus des universités canadiennes de McMaster et Dalhousie – ont assuré récemment que diminuer sa consommation de viande rouge et de viande transformée présente un faible impact sur sa santé. À partir de leurs recherches, ils ont rédigé une série de recommandations parues le 1er octobre dans la revue américaine Annals of Internal Medicine, conseillant notamment aux adultes de continuer leur consommation actuelle de viande rouge, à savoir trois à quatre portions hebdomadaires en Amérique du Nord et en Europe.

Une position contraire aux préconisations du Programme National Nutrition Santé français et de l'OMS. Or, selon le journal Le Monde du 15 octobre 2019, plusieurs de ces scientifiques auraient omis de déclaré leurs relations avec le secteur agroalimentaire.

Exigences éthiques

Le Monde cite notamment le nutritionniste Patrick Stover en soulignant que son université texane bénéficierait de plusieurs millions de dollars de financements de la part du secteur du secteur de la viande et de l'élevage. Des financements que le chercheur n'aurait pas communiqués à la revue Annals of Internal Medicine alors que, comme le rappelle le quotidien français, la mention de telles informations fait partie des exigences éthiques de la revue.

Egalement cîté par Le Monde, le coordinateur des travaux, Bradley Johnson, professeur dans une université canadienne: il n'aurait, lui, pas fait état d'un versement reçu en 2015 d'une organisation de lobbying scientifique du secteur agroalimentaire.

Les critiques des experts en nutrition et en épidémiologie

Dès la parution de l'étude et des recommandations qui en étaient tirées, les critiques s'étaient élevées dans le milieu des experts en nutrition et en épidémiologie. Par exemple, en la personne de sa directrice de recherche, le Word Cancer Research Fund affirmait qu'il ne revenait pas sur ses consignes. "Nous maintenons notre confiance dans la recherche rigoureuse conduite depuis 30 ans", avait ainsi déclaré Giota Mitrou.

"Ce n'est pas juste une autre étude sur la viande rouge et la viande transformée, mais une série d'analyses méthodiques de haute qualité, débouchant sur des recommandations que nous trouvons bien plus transparentes, solides et fiables", s'était défendu Bradley Johnston, professeur associé à l’université Dalhousie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité