Publicité

QUESTION D'ACTU

Mondialisation

L’alimentation industrielle pourrait priver les Chimanes de leur célèbre santé cardiaque

Les changements opérés dans leur mode de vie au cours de la dernière décennie a vu naître l'apparition de problèmes d'obésité.

L’alimentation industrielle pourrait priver les Chimanes de leur célèbre santé cardiaque Mauro_Repossini/iStock

  • Publié 18.10.2019 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Le peuple Chimane, une petite communauté indigène bolivienne de cultivateurs de fourrage, est connu pour son extraordinaire santé cardiovasculaire et son hypotension artérielle, comme le rappelle cet article de Franceinfo. Cependant, au cours de la dernière décennie, il y a eu un changement dans leur masse corporelle et leur régime alimentaire, le changement diététique le plus notable étant l’utilisation d’huile de cuisson. Cela a conduit des chercheurs de l’université Baylor, au Texas, à étudier les causes probables. Ils ont constaté que la détérioration de leur santé coïncidait avec un changement dans leur mode de vie, qui a commencé à basculer vers la mondialisation. Certains Chimanes chérissent encore la vie traditionnelle de la chasse et les liens familiaux étroits, mais d’autres s’orientent vers un mode de vie plus moderne, selon l’étude.

Selon Alan F. Schultz, professeur adjoint d’anthropologie à l’Université Baylor, ces changements incluent de nouvelles formes de subsistance, des préférences nutritionnelles ainsi qu’une augmentation de leurs poids. En fait, selon les conclusions de l’étude publiée dans la revue Plus One, les Chimanes doivent maintenant faire face à l’obésité. Alan Schultz est arrivé à cette conclusion après avoir analysé les données recueillies au cours d’une année en Amazonie bolivienne.

Le professeur Schultz a étudié 101 résidents âgés de 15 à 75 ans, issus de deux communautés Chimane. La communauté Aji vit au centre du pays, a proximité d’une autoroute, du fleuve Rio Maniqui, et de San Francisco de Borja, localité équipée d’un aéroport. La seconde communauté, Serrucho, est beaucoup plus reculé, accessible uniquement par bateau, situé à huit heures de barque à moteur d’Aji. Il leur a demandé de décrire ce dont ils pensaient avoir besoin pour avoir une “bonne vie”, et les a ensuite invités à classer ces articles par ordre d’importance.

Il a constaté que les femmes Chimane avaient une bonne compréhension d’un mode de vie axé sur l’industrie, mais lorsqu’il s’agissait d’objectifs pratiques, elles rejetaient les choses qui faciliteraient leur intégration dans l’économie de marché, probablement en raison de leur connaissance limitée de la langue espagnole. Toutefois, 40 % des personnes interrogées ont exprimé leur préférence pour les articles industriels par rapport aux articles traditionnels. Par exemple, ils préféraient chasser à la carabine plutôt qu’utiliser un arc et des flèches.
Un sous-groupe a jugé que la plupart des articles traditionnels étaient aussi importants que les articles industriels. Alan Schultz a constaté que ces personnes vivaient loin des villes et qu’elles possédaient peu de biens matériels, ce qui ne les dérangeait pas. Ce qui comptait pour elles, c’était la taille de la famille ainsi que les relations interpersonnelles entre parents et voisins. Ils attachaient également une grande importance à la connaissance des plantes médicinales et aux pratiques spirituelles.


Les inconvénients de l’exposition


Avec 36 groupes indigènes en Bolivie, les Chimanes sont les plus isolés. Leur nombre est passé d’environ 6 000 à la fin des années 1990 à environ 16 000 en 2015, selon les chiffres du recensement national. Même s’ils ne font que commencer le processus d’intégration dans l’économie régionale de marché, les résultats sont révélateurs. Leurs moyens d’existence sont restés pour la plupart inchangés. Mais avec l’arrivée des migrants et des éleveurs, ils ont commencé à gagner de l’argent en travaillant. Si l’argent supplémentaire leur permet d’avoir accès aux soins médicaux, il leur apporte aussi la tentation des aliments transformés. Beaucoup d’études ont déjà été menées sur le peuple Chimane, mais contrairement aux autres, celles d’Alan Schultz s’appuie sur la vie et des perceptions des Chimanes.

Selon une étude publiée dans The Lancet, un Chimane moyen de 80 ans a la santé cardiaque d’un Américain d’une cinquantaine d’années, malgré le fait qu’il consomme des aliments riches en calories. Michael Gurven, un anthropologue de l’Université de Santa Barbara, a étudié le régime alimentaire des Chimane et a déclaré qu’ils dépendent principalement du plantain, du riz, du maïs, de la racine de manioc, du gibier sauvage et du poisson.

Cependant, avec la mondialisation, les Chimane ont diversifié leur alimentation, ce qui a entraîné une dégradation de leur santé. La réponse réside donc dans un mode de vie plus naturel ? Si l’on en croit cette étude, oui. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité