Publicité

QUESTION D'ACTU

Recherche

Activité physique : et si l'on pouvait se faire injecter les bienfaits du sport ?

Les effets bénéfiques de l'activité physique sur le cerveau pourraient-ils être reproduits chez des sédentaires par une simple transfusion de plasma ? C'est ce qui s'est produit dans une étude sur les souris. Mais on reste encore très loin de la potion magique qui permettrait de remplacer les bienfaits du sport.

Activité physique : et si l'on pouvait se faire injecter les bienfaits du sport ? Vadimguzhva/iStock

  • Publié 10.11.2019 à 18h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'exercice physique est un médicament universel ! En prévention ou en accompagnement d'un traitement, ses bénéfices sont de plus en plus reconnus. Et une nouvelle étude publiée sur le site BioRxiv pourrait faire naître de grands espoirs à ceux qui voudraient profiter de ces bienfaits du sport ... sans y consacrer les efforts nécessaires.

Des travaux menés par des scientifiques de l'université de Stanford en Californie montrent en effet qu'en prélevant du plasma chez des souris qui avaient pratiqué un exercice très prisé chez les rongeurs, courir à l'intérieur d'une roue durant 28 jours, pour l'injecter à des souris qui étaient, elles, restées sans bouger autrement que sur le sol de leur cage durant la même période, ces dernières profitaient des mêmes effets positifs sur leur cerveau.

Meilleures performances pour la mémoire et l'apprentissage

Le cerveau des souris "actives" présentait davantage de cellules et une moindre inflammation garantissant de meilleures performances dans des exercices de mémoire et d'apprentissage. Ces caractéristiques ont été retrouvées à l'identique chez les animaux "passifs" qui ont bénéficié des injections de leur plasma.

Ce sont des protéines et plus particulièrement l'une d'elles, la clusterine, dont le taux augmente avec la pratique de l'exercice physique, qui seraient à l'origine de ces effets positifs sur le cerveau. Les chercheurs ont ainsi constaté que chez des patients souffrant de troubles cognitifs légers, la pratique d'une activité sportive durant six semaines avait abouti à une augmentation de leur taux de clusterine, une augmentation qui s'accompagnait d'une amélioration de leur endurance.

Mais ont ne peut toutefois pas déduire de ces travaux que cette protéine à elle seule puisse être capable de compenser une absence d'exercice physique, autrement dit que la clusterine puisse devenir demain le médicament dont l'administration remplacerait les bienfaits du sport. Elle n'est à ce stade de la recherche que l'un des facteurs "transférables" pouvant avoir un effet anti-inflammatoire sur le cerveau.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité