Publicité

QUESTION D'ACTU

Obésité infantile

Les enfants uniques sont plus sujets à l'obésité que ceux qui ont des frères et sœurs

Pour lutter contre l'obésité infantile, les mères devraient faire attention à leur alimentation, qui a des conséquences directes sur la prise de poids de leur enfants. 

Les enfants uniques sont plus sujets à l'obésité que ceux qui ont des frères et sœurs Yacobchuk/iStock

  • Publié 13.11.2019 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Etre un enfant unique présente des avantages et des inconvénients, dont celui d’avoir une alimentation moins équilibrée et de souffrir d'un excès de poids. Selon une nouvelle étude publiée par Elsevier dans le Journal of Nutrition Education and Behaviour, les enfants uniques font des choix moins sains lorsqu'ils s’agit de manger ou de boire, ce qui laisse entendre qu'ils seront plus à même d'être en surpoids ou de devenir obèse.  Ils ont également obtenu une note inférieure aux enfants qui ont frères et sœurs dans trois des 12 domaines du Healthy Eating Index, la classification américaine pour l’alimentation saine.

Selon Chelsea Kracht, autrice principale de l'étude, “les professionnels de la nutrition doivent tenir compte de l'influence de la famille et des frères et sœurs afin d’élaborer une éducation nutritionnelle personnalisée pour les familles.”  Elle a mené la recherche, visant à encourager les efforts pour aider les enfants et les familles à établir des pratiques alimentaires saines, en collaboration avec le Dr Susan Sisson du Centre des sciences de la santé de l'université d’Oklahoma (États-Unis). 

Nutrition des enfants

Dans le cadre de l'étude, 68 mères et leurs enfants (27 avec enfants uniques et 41 issus d’une fratrie) âgés de 5 à 7 ans, ont participé à la recherche. Les mères ont tenu des registres alimentaires quotidiens pendant trois jours, dont deux jours de semaine et un jour de fin de semaine, et ont également rempli un questionnaire sur la nutrition et l’activité physique de leur famille. De leur côté, les enseignants des enfants concernés ont noté les aliments consommés par les enfants à l'école. 

Les chercheurs ont constaté que les mères ayant un seul enfant étaient plus susceptibles d'être obèses. De plus, leur IMC avait un lien plus fort avec l'IMC et le tour de taille de leur progéniture que leur statut d'enfant unique. Les résultats de l’étude indiquent que l'IMC d'une femme contribue à la consommation de calories vides chez l'enfant. Comme l'étude ne tenait compte que des femmes et de leurs enfants, la contribution de leurs pères sur les habitudes alimentaires n'a pu être étudiée. Toutefois, les résultats ne tenaient pas compte de l'état matrimonial. 

Il est intéressant de noter que l'étude a révélé que le temps passé par les enfants dans les centres d'accueil en dehors de la maison n'était pas lié à leurs habitudes alimentaires. Cela signifiait que la différence venait de l'intérieur de la maison. On pouvait évaluer la fréquence à laquelle les membres de la famille mangeaient devant la télévision et la fréquence à laquelle ils consommaient des boissons sucrées. 

Un changement de l'intérieur s’impose

Selon Chelsea Kracht, les habitudes alimentaires pourraient être rendues plus saines par des changements au sein du ménage plutôt que dans les centres de soins, car l'exposition par les pairs ne semble pas être un facteur important dans les choix alimentaires. A présent, les chercheurs étudient les effets des équations familiales sur le comportement alimentaire des enfants, l'activité physique, le sommeil et d'autres facteurs favorisant l'obésité.  

Des résultats similaires ont été obtenus dans une étude transversale réalisée dans le cadre du cinquième cycle de “Surveillance et prévention des maladies non-transmissibles de l'enfance et de l'adolescence chez les adultes”. Il a examiné l'association entre les facteurs de risque cardio-métabolique et l'état de la famille monoparentale. L'étude, qui a été menée auprès d'enfants et d'adolescents iraniens, a révélé que les enfants uniques courent un plus grand risque d'obésité abdominale. 

Comme cette étude le suggère également, les parents doivent donner l'exemple pour que leur enfant mange sainement. Un régime idéal devrait contenir plus de fruits et légumes frais. Les fruits de mer et la volaille sont de bonnes sources de protéines. Les enfants devraient être encouragés à manger une variété de fruits et de fruits secs plutôt que des jus de fruits. En ce qui concerne les légumes, le plateau des enfants doit être coloré de verts, de rouges et d'oranges. Bien qu’ils soient également riches en vitamines et nutriments, les légumes et les fruits frais sont à privilégier par rapport aux conserves et aux fruits.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité