Publicité

QUESTION D'ACTU

Risques associés à la grossesse

Grossesse : la pré-éclampsie augmente le risque de maladie cardiaque à long-terme

La pré-éclampsie peut être à l’origine de maladies cardiaques des années après la grossesse. Le risque persiste au moins jusqu’à 60 ans. 

Grossesse : la pré-éclampsie augmente le risque de maladie cardiaque à long-terme kjekol/istock

  • Publié 15.11.2019 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Quelles sont les conséquences à long-terme des pathologies liées à la grossesse ? Des chercheurs publient dans Journal of the American College of Cardiology une étude sur la pré-éclampsie. Ils constatent que sur le long terme, elle peut augmenter le risque de maladie cardiaque et ce au moins jusqu’à 60 ans

Plus de 220 000 femmes incluses dans l’étude

La pré-éclampsie est une hypertension qui apparaît en général dans la deuxième moitié de la grossesse. D’après l’Inserm, chaque année, 2 000 femmes sont concernées, et dans un cas sur dix, la pathologie est sévère et nécessite un accouchement d’urgence.

Les chercheurs ont analysé les données de plus de 220 000 femmes sur une durée moyenne de sept ans. “Les recherches ont montré ces dernières années qu’il existe des facteurs de risque spécifique de maladie cardiovasculaire pour les femmes, souligne l’auteur principal de l’étude, Michael C. Honigberg, mais il y a toujours des lacunes sur la compréhension de ces risques.” Parmi les lacunes citées par le chercheur, il y a les risques associés à l’hypertension pendant la grossesse. Ce dernier augmente le risque de maladies cardiovasculaires, mais une fois l’accouchement passé, les scientifiques se demandent s’il persiste. 

Leurs conclusions laissent penser que oui. Les femmes ayant souffert de pré-éclampsie pendant l’une de leurs grossesses ont des artères plus rigides et leur taux d’hypertension est deux à cinq fois plus élevé en comparaison au groupe témoin. Elles étaient également plus susceptibles de souffrir de certaines pathologies cardiaques à long-terme, dont la cardiopathie valvulaire ou la sténose aortique. 

Mieux encadrer les patientes

Pour les chercheurs, ces résultats soulignent la nécessité de bien connaître le passé médical des patientes. “Vous seriez choqués de constater le faible nombre de praticiens (…) qui demandent à leurs patientes si elles ont déjà souffert d’hypertension pendant leur grossesse”, souligne Michael C. Honigberg. Selon lui, des mesures simples peuvent réduire les risques de complications cardiaques après la grossesse dont une bonne hygiène de vie, pas de tabagisme, de l’exercice physique et un poids maîtrisé. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité