Publicité

QUESTION D'ACTU

Cliché

Mathématiques: le cerveau des filles et des garçons fonctionne de la même manière

Le cliché faisant une différence entre les aptitudes en mathématiques des garçons et des filles tombe à l’eau.

Mathématiques: le cerveau des filles et des garçons fonctionne de la même manière Wavebreakmedia/iStock

  • Publié 15.11.2019 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est un cliché de plus entre les filles et les garçons qui s’éffondre: aucun des sexes n’a plus la “bosse des maths” que l’autre. Cette notion propage le mythe selon lequel les capacités mathématiques ont été affectées par le sexe et que les femmes ne s'épanouissent pas dans les domaines des sciences, de la technologie, du génie et des mathématiques en raison de carences biologiques en mathématiques. Une étude menée par l’université Carnegie Mellon, en Pennsylvanie (Etats-Unis) vient définitivement briser la notion pré-établie que le cerveau des garçons et des filles n’ont pas la même capacité en mathématiques. L'étude a été publiée le 8 novembre dans la revue Science of Learning.

Pour Jessica Cantlon, titulaire de la chaire de neurosciences du développement à l’université Carnegie Mellon et autrice principale de l’article, “la science ne correspond pas aux croyances populaires dans la recherche que nous avons menée et qui montre que le cerveau des enfants fonctionne également indépendamment de leur sexe.”

Des résultats similaires

L'étude a le potentiel d'aider à recalibrer les attentes de ce que les enfants peuvent accomplir en mathématiques, selon Jessica Cantlon. L'étude qu’elle a menée avec son équipe est la première à évaluer les différences biologiques entre les sexes dans les aptitudes en mathématiques des jeunes enfants à partir de l'analyse de neuroimagerie.

En utilisant l'IRM pour mesurer l'activité cérébrale de 104 enfants âgés de 3 à 10 ans (55 filles et 49 garçons) tout en regardant une vidéo éducative couvrant des sujets mathématiques de la petite enfance, comme le comptage et l'addition, l'équipe a évalué la similarité et la maturité cérébrales des garçons et des filles en comparant les résultats des examens avec un groupe de 63 adultes (25 femmes et 38 hommes) qui regardaient les mêmes vidéos mathématiques.

De nombreuses comparaisons statistiques ont révélé qu'il n'y avait aucune différence dans le développement cérébral des filles et des garçons. L'équipe a également constaté qu'il n'y avait absolument aucune différence dans la façon dont les garçons et les filles traitaient les problèmes mathématiques. Ils ont également constaté que la maturité cérébrale des garçons et des filles était statistiquement équivalente à celle des hommes et des femmes du groupe adulte.

Alyssa Kersey, boursière postdoctorale au département de psychologie de l'université de Chicago et co-autrice de l’étude, affirme : “Ce n'est pas seulement que les garçons et les filles utilisent le réseau mathématique de la même façon, mais que les similitudes sont évidentes dans tout le cerveau. C'est un rappel important que les humains sont plus semblables les uns aux autres que différents."

Au cours de leur recherche, les chercheurs ont également comparé les résultats d'un test standardisé pour les enfants de 3 à 8 ans, le TEMA pour Test of Early Mathematics Ability, auquel 97 participants (50 filles et 47 garçons) ont participé, pour évaluer le taux de développement des mathématiques. Ils ont découvert que la capacité en mathématiques était équivalente chez les enfants et ne présentait aucune différence selon le sexe ou l'âge. 

Un traitement différents en fonction du sexe

Selon Jessica Cantlon, l'étude a mis fin à l'idée préconçue de la société et de la culture qui avait détourné les filles et les jeunes femmes des domaines des mathématiques et des sciences, de la technologie, du génie et des mathématiques. Elle souligne que les familles passent plus de temps à jouer avec de jeunes garçons, ce qui aide à la cognition spatiale, et que plus tard les garçons sont préférés aux filles dans la classe de mathématiques, ce qui prédit également leurs résultats futurs. 

“La socialisation typique peut exacerber de petites différences entre les garçons et les filles qui ont un effet boule de neige sur la façon dont nous les traitons en sciences et en mathématiques, déplore Jessica Cantlon. Nous devons être conscients de ces origines pour nous assurer que nous ne sommes pas ceux qui causent les inégalités entre les sexes.”

Après s'être lancée dans ce projet axé sur le développement de la petite enfance à l'aide d'un ensemble limité de tâches mathématiques, Jessica Cantlon veut poursuivre ce travail en utilisant un plus large éventail de compétences mathématiques, comme le traitement spatial et la mémoire, et suivre les enfants sur plusieurs années.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité