Publicité

QUESTION D'ACTU

Polémique en vue

Bronchiolite du nourrisson : la kinésithérapie respiratoire déconseillée par la Haute Autorité de santé

La Haute Autorité de santé publie ce jeudi ses nouvelles recommandations de prise en charge de la bronchiolite aiguë chez le nourrisson, et déconseille la kiné respiratoire, pourtant plébiscitée par de nombreux parents.

Bronchiolite du nourrisson : la kinésithérapie respiratoire déconseillée par la Haute Autorité de santé naumoid/iStock

  • Publié 14.11.2019 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que le froid s’installe sur l’Hexagone, la bronchiolite reste la hantise de nombreux parents d’enfants de moins de deux ans.

Chaque année, entre octobre et janvier, cette infection virale attaque les petites bronches respiratoires de près d’un tiers des enfants de moins de 2 ans, soit près de 480 000 cas recensés par an.

Mais cette année, les nouvelles recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) pourraient bouleverser la prise en charge de cette maladie bénigne aux symptômes a priori inquiétants : respiration sifflante, toux, fièvre et difficultés à déglutir. Publiées ce jeudi 14 novembre, ces recommandations mettent l’accent sur l’inefficacité de la kinésithérapie respiratoire, qui consiste à désencombrer les voies respiratoires du bébé en utilisant des techniques de manipulation, notamment des pressions sur la cage thoracique. Objectif : privilégier les soins dont l’efficacité a été prouvée, mais aussi désengorger les établissements hospitaliers, pris d’assaut lors des périodes épidémiques. 

Pas d’efficacité clinique prouvée à l’hôpital ou en ambulatoire

Selon le pneumo-pédiatre au CHU de Rouen Christophe Marguet, qui a participé à l’élaboration de ces nouvelles recommandations, il faut “sortir de l’idée selon laquelle bronchiolite = kiné” car aucune efficacité scientifique n’a été jusqu’ici prouvée. “Les rares études menées à l’hôpital concluent que la technique n’apporte pas d’amélioration clinique et ne diminue pas le temps de séjour”, explique-t-il au Figaro, ajoutant que pour les actes réalisés en dehors de l’hôpital, il n’existe par ailleurs “aucune recherche de grande ampleur publiée dans une revue scientifique à comité de lecture.”

La HAS en conclut donc que la kiné respiratoire est “non recommandée” à l’hôpital, et “contre-indiquée” en médecine de ville. Toutefois, précise le Dr Marguet, “non recommandé ne veut pas dire interdit. Mais il faut sortir de l’habitude consistant à prescrire cette technique après tout diagnostic de bronchiolite.”

Les kinés et la ventoline sur la sellette

Quid, alors, du rôle des kinésithérapeutes, dont les séances de manipulation sont largement plébiscitées par les parents ? Pour Dominique Le Guludec, présidente de la HAS, ces recommandations ne signifient en aucun cas “qu’on diminue le rôle des kinés” dans la prise en charge de la bronchiolite aiguë du nourrisson.

Toutefois, leur fonction va nécessairement être amenée à évoluer pour devenir “un rôle de surveillance, de suivi”, en particulier au sein des Réseaux bronchiolites, mis en place lors des épidémies, explique-t-elle au Point.

Certains traitements médicamenteux sont aussi sur la sellette : c’est le cas des bronchodilatateurs comme la ventoline, du sérum salé hypertonique, de l’adrénaline ou des corticoïdes, désormais non recommandés en cas de bronchiolite chez le tout petit. Quant aux antibiotiques, leur usage doit être strictement encadré et réservé aux "cas rares de surinfection bactérienne".

Trois stades de gravité définis

Pour limiter au maximum le recours aux services des urgences, la Haute Autorité de santé définit également trois stades de gravité de la bronchiolite du nourrisson : léger, modéré et grave. Cette grille d’évaluation destinée aux médecins devrait permettre d’orienter aux mieux leurs jeunes patients, avec un mot d’ordre : ne diriger que les formes sévères de la maladie vers les urgences pédiatriques.

Pour les bronchiolites aux symptômes plus légers ou modérés, la HAS recommande avant tout “le lavage du nez régulier et la surveillance des signes d’aggravation”. Ainsi, si le comportement de l’enfant change ou paraît inhabituel (fatigue, moins de réactivité), si sa respiration se fait plus rapide, s’il semble gêné pour respirer ou qu’il creuse son thorax, ou s’il boit moins bien sur plusieurs repas consécutifs, il est conseillé de reprendre rendez-vous sans tarder chez le médecin.

D’autres signes nécessitent de contacter immédiatement les urgences :

- le bébé devient bleu, autour de la bouche.

- Il fait un malaise.

- Il fait des pauses respiratoires

- Sa respiration devient lente tout en restant très gêné pour respirer.

- Il ne réagit plus, est très fatigué, dort tout le temps, geint.

- Il refuse de boire les biberons ou de prendre le sein.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité