Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer du sein

Les médicaments contre le reflux acide ont des effets secondaires sur les survivantes du cancer du sein

Certains médicaments entraîneraient des problèmes de mémoire et de concentration aux survivantes du cancer du sein.

Les médicaments contre le reflux acide ont des effets secondaires sur les survivantes du cancer du sein Pradit_Ph/iStock

  • Publié le 15.02.2020 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cancer du sein est l’affliction la plus courante au monde chez les femmes. Selon les chiffres de l’Organisation mondiale pour la santé (OMS), le cancer du sein représente 28% des cas de cancer en Europe. Pris à temps, le cancer du sein se soigne bien, puisqu’il peut être guéri dans 9 cas sur 10 s’il est diagnostiqué suffisamment tôt. Certaines survivantes du cancer du sein doivent prendre des médicaments contre le reflux acide pour soulager les problèmes d'estomac pendant le traitement du cancer. Toutefois, il y a un risque de troubles de la mémoire et de la concentration, comme le démontre une étude menée par l’université de l’Etat de l’Ohio (Etats-Unis) qui pointe les effets secondaires sur des patients de certains médicaments. L'étude, publiée en ligne dans le Journal of Cancer Survivorship, montre que l'utilisation des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) par les survivantes du cancer du sein peut entraîner des problèmes de concentration et de mémoire. 

Vendus sous des marques telles que Nexium, Prevacid et Prilosec, ces inhibiteurs de la pompe à protons peuvent créer des problèmes cognitifs, comme l'ont montré les effets secondaires subis compris entre 20 et 29 % par les utilisateurs inhibiteurs de la pompe à protons, par rapport aux non-utilisateurs. 

Selon Annelise Madison, autrice principale de l'étude et étudiante diplômée en psychologie clinique dans l'État de l'Ohio, “cette étude est une première tentative d'explorer l'effet de l'utilisation des PPI sur les survivantes du cancer du sein.” 

Pour étayer leurs hypothèses, l’équipe de chercheurs a utilisé les données de trois précédents essais cliniques de l’université de l'État de l’Ohio, portant sur la fatigue, une intervention de yoga et la réponse au vaccin chez les patientes et les survivantes du cancer du sein. Ils ont constaté que dans toutes ces études, les participants étaient mis sous inhibiteurs de la pompe à protons ou utilisaient des médicaments en vente libre. 

Après avoir éliminé divers facteurs susceptibles d'affecter la cognition — tels que la dépression ou d'autres maladies, les types de traitement du cancer, l'âge et l'éducation — les chercheurs ont constaté que les personnes présentant des symptômes de concentration et de mémoire défaillantes utilisaient des IPP. 

Selon Annelise Madison, “la gravité des problèmes cognitifs signalés par les utilisateurs d'IPP dans cette étude était comparable à ce que les patients sous chimiothérapie avaient signalé dans une vaste étude d'observation. Les non-utilisateurs d'IPP ont également signalé des problèmes, mais leur état s'améliorait définitivement. Sur la base de ce que nous constatons, nous ne savons pas si les utilisateurs d'IPP pourraient ne pas être en mesure de se rétablir complètement sur le plan cognitif après la chimiothérapie. C'est un domaine qui mérite d'être approfondi.

Annelise Madison pense que les IPP contournent la barrière hémato-encéphalique, comme cela a été découvert dans les recherches précédentes, et suggèrent que l'utilisation des IPP chez les survivantes du cancer du sein peut augmenter la réactivité des tumeurs à la chimiothérapie ainsi que protéger le système digestif contre les ravages des médicaments de chimiothérapie.

Je pensais que la prise d'IPP pouvait avoir un effet cognitif, en particulier dans cette population, car les survivantes du cancer du sein sont déjà exposées au risque de déclin cognitif, indique Annelise Madison. Les IPP sont en vente libre et généralement considérés comme sûrs. Il n'y a donc pas eu beaucoup d'essais à long terme, en particulier sur les résultats cognitifs, parce que personne ne pensait vraiment que cela aurait un effet en aval.” La chercheuse a recueilli des données sur 551 femmes incluses dans les études précédentes et a constaté que 88 d’entre elles prenant des IPP avaient fourni des auto-rapports sur l'utilisation des IPP et les symptômes cognitifs. Cela a été fait à plusieurs reprises sur des périodes variées. 

Dans les études précédentes, les chercheurs se sont intéressés aux effets du yoga sur les survivants de cancers inflammatoires. Ces femmes ont évalué la gravité de leur mémoire et de leur concentration sur une échelle de 0 à 10. Les chercheurs ont constaté que celles qui utilisaient des inhibiteurs de la pompe à protons signalaient des symptômes 20 % plus graves que celles qui n'utilisaient pas d'IPP. Dans l'étude sur le yoga, les problèmes de concentration des utilisatrices d’inhibiteurs de la pompe à protons étaient 29 % plus graves que ceux signalés par les non-utilisatrices d'IPP, tandis qu'il n'y avait pas de différences dans les problèmes de mémoire signalés.Dans la troisième étude, les femmes ayant reçu un placebo lors d'un essai de vaccin contre la typhoïde, ont déclaré avoir des problèmes de mémoire plus sévère de 28% par rapport aux non-utilisatrices. Il n'y avait pas de différences dans les rapports de problèmes de concentration. 

Lors de l'examen des implications fonctionnelles, les survivantes du cancer du sein utilisant des IPP ont obtenu des scores inférieurs par rapport aux non-utilisatrices. Pour Janice Kiecolt-Glaser, autrice principale de l'article et chercheuse au Comprehensive Cancer Center de l’université de l'Etat de l'Ohio, “le fait que cette étude ait trouvé des effets similaires chez trois groupes différents de patients qui se trouvent à des stades différents de survie au cancer donne un certain poids à ce que nous constatons. S'il n'y avait eu qu'une seule étude, cela aurait pu être un effet du hasard.

Pour Annelise Madison, comme une corrélation a été découverte entre l'utilisation de l'IPP et les problèmes cognitifs chez les survivantes du cancer du sein, une nouvelle étude plus détaillée serait nécessaire pour identifier tout effet causal.

Covid-19 : Nos Podcast audio, nouveaux rendez-vous quotidiens sur l'actualité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité