• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation et santé

Manger en se distrayant pour faire des plus petits repas ?

Dans les conclusions de son étude, une chercheuse américaine affirme que manger en même temps que jouer aux jeux vidéo permettrait de faire des repas moins importants. Un propos qui reste toutefois à nuancer.

Manger en se distrayant pour faire des plus petits repas ? Blackregis/iStock

  • Publié le 28.03.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


La prochaine fois que vous verrez une personne utiliser son téléphone ou son ordinateur pendant qu’elle mange, pensez que cette pratique peut être propice à la faire maigrir, ou pas. Des recherches menées par l'université de l'Illinois (Etats-Unis) ont montré que l’utilisation d’appareils technologiques pendant le repas résidait considérablement la quantité ingurgitée. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Journal of Nutrition.

Les jeux vidéo comme source de distraction

L'étude a été menée par Carli Liguori, pendant son master en sciences alimentaires et nutrition humaine à l'université de l’Illinois. Au cours de sa recherche, elle a observé 119 jeunes adultes alors qu'ils consommaient de la nourriture en jouant jeu sur ordinateur pendant 15 minutes. Elle a constaté que la quantité de nourriture prise par ces participants était moindre par rapport à ce qu'ils mangeaient lorsqu'ils n'étaient pas distraits par un ordinateur.

Pour son expérience, Carli Liguori a utilisé un jeu de traitement rapide de l'information visuelle, qui est largement utilisé par les chercheurs pour évaluer les personnes pour des problèmes tels que la maladie d'Alzheimer et le trouble de déficit de l'attention. Ce logiciel teste l'attention visuelle soutenue et la mémoire de travail des utilisateurs. Les participants devaient appuyer sur la barre d'espacement chaque fois qu'ils voyaient apparaître trois nombres impairs consécutifs pendant que les chiffres clignotaient au hasard sur l'écran de l'ordinateur.

Avant l’expérience, Carli Liguori a demandé aux participants de jeûner pendant 10 heures, puis les a invités à consommer jusqu’à dix mini-quiches en même temps qu’ils jouaient. Les résultats ont été enregistrés pendant qu'ils jouaient au jeu ou mangeaient sans aucune distraction. Pour se rendre compte de la quantité ingérée par les participants, les chercheurs ont pesé et comptés la nourriture, afin d’avoir des données précises.

Carli Liguori explique pourquoi elle a choisi d’utiliser un jeu vidéo basé sur l’attention : “C’est assez simple mais assez distrayant pour qu'il faille vraiment le regarder pour s'assurer de ne pas rater un numéro et de garder mentalement une trace. C'était une question importante pour nous au début de l'étude : comment s'assurer que le participant est distrait ? Et ce jeu de traitement rapide de l'information visuelle était une bonne solution pour cela.

Après une période de repos de 30 minutes, les participants ont également été invités à se souvenir du nombre de quiches qu’ils avaient consommé. Il leur a également été demandé d'évaluer à quel point ils avaient apprécié la nourriture ainsi que leurs sensations de faim et de plénitude.

Des résultats potentiellement biaisés

Contrairement à l'hypothèse la plus répandue par des études antérieures, selon laquelle les gens mangent plus lorsqu'ils jouent à un jeu vidéo mais se souviennent moins bien de ce qu'ils ont consommé, Carli Liguori a constaté que distrait par le jeu vidéo, les participants mangeaient moins et se souvenaient moins bien de ce qu'on leur avait servi et de ce qu'ils avaient mangé.

Elle a également découvert que les participants qui avaient joué aux jeux vidéo mangeaient moins, dans leur première comme lors de leur deuxième visite, tandis que ceux qui avaient mangé sans aucune distraction lors de leur première visite avaient moins consommé lors de leur deuxième visite.

Carli Liguori, qui est un membre du corps professoral de l'université de Pittsburgh, explique également : “Le fait d'être distrait lors de leur première visite a vraiment semblé changer la quantité qu'ils ont consommée pendant le repas sans distraction. Il peut y avoir un puissant effet de report entre le mécanisme de distraction et la nouveauté de la nourriture servie.”

Au cours de l'étude, la chercheuse a reconnu que des recherches supplémentaires étaient nécessaires pour déterminer s'il pouvait y avoir une différence entre le fait de manger distrait et le fait de manger sans réfléchir, termes qui étaient souvent utilisés de manière interchangeable. L'étude indique qu'il conviendrait d'examiner si les deux comportements sont distincts. Selon elle, alors que l'inattention alimentaire peut être définie comme le fait de manger sans intention, la distraction alimentaire peut survenir lorsque des individus se livrent à une activité secondaire, comme regarder la télévision ou répondre à des e-mails, tout en mangeant délibérément.

Toutefois, Carli Liguori souligne que l'étude sur la diversité pourrait avoir certaines limites en termes de types de distraction utilisés, de type de nourriture servie et d'utilisation des étudiants universitaires comme population d'étude. L'âge, l’origine ethnique, les préférences alimentaires et la motivation à réguler leur consommation des participants n'ont pas été pris en compte lors de la réalisation de cette étude.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité