• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Recherche

L'aspirine, un médicament inefficace pour prévenir l'apparition de la démence

Prendre de l'aspirine à faible dose chaque jour ne réduirait pas le risque développer des problèmes de réflexion et de mémoire. C'est ce que révèle une étude menée en Australie.

L'aspirine, un médicament inefficace pour prévenir l'apparition de la démence Alex_ugalek/iStock

  • Publié le 30.03.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Étant donné que l'aspirine peut posséder des effets bénéfiques sur le cœur, plusieurs études suggèrent que le médicament pourrait également avoir des conséquences positives sur le cerveau. Des chercheurs ont ainsi émis l'hypothèse que l'aspirine diminuerait le risque de développer une forme de démence, en provoquant une baisse de l'inflammation, en réduisant des petits caillots ou en prévenant le rétrécissements des vaisseaux sanguins du cerveau. 

575 personnes ont développé une forme de démence pendant l'étude

En s'appuyant sur cette théorie, des chercheurs issus de la Monash University’s School of Public Health, à Melbourne (Australie), ont mené une étude sur 19 114 personnes ne souffrant ni de démence, ni de maladie cardiaque. Majoritairement âgés de 70 ans ou plus, les sujets ont été suivis pendant une moyenne de 4 ans et huit mois. Chacun d'entre eux s'est prêté à des tests de réflexion et de mémoire au début de l'étude, ainsi que pendant les examens de suivi.

Durant toute la durée des recherches, la moitié des participants ont reçu 100 milligrammes d'aspirine à faible dose chaque jour, tandis que les autres sujets prenaient un placebo quotidien. Résultat : 575 personnes ont développé une forme de démence au cours de l'étude. De plus, les chercheurs n'ont trouvé aucune différence entre les deux groupes de participants quant au risque de développer un trouble cognitif léger, une démence ou la maladie d'Alzheimer.

50 millions de personnes souffrent d'une forme de démence

“À travers le monde, on estime que 50 millions de personnes souffrent d'une forme de démence. Un chiffre qui devrait croitre à mesure que la population augmente ; c'est pourquoi la communauté scientifique est déterminée à trouver un traitement à moindre coût qui pourrait réduire les risques”, explique Joanne Ryan, doctorante à la Monash University’s School of Public Health, dans un article publié sur le site de l'American Academy of Neurology.

C'est donc avec regret que les chercheurs ont constaté que donner une faible dose d'aspirine quotidiennement n'avait apporté aucun bénéfice aux participants de l'étude, que ce soit pour empêcher la démence ou pour ralentir le déclin cognitif.

Deux limites à la réussite de l'étude 

Bien qu'elle qualifie les résultats de “décevants” — publiés dans la revue scientifique Neurology — Joanne Ryan évoque deux limites à la réussite de l'étude. D'abord, la durée, qui pourrait être insuffisante pour montrer les bienfaits possibles de l'aspirine. Ensuite, le fait que seules des personnes en bonne santé ont été choisies pour les recherches : elles pourraient moins bénéficier de l'aspirine qu'une population plus représentative. 

“Nous continuerons d'examiner les effets potentiels de l'aspirine à plus long terme en suivant les participants à l'étude dans les années à venir”, assure Joanne Ryan.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité