• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation

Confinement : doit-on craindre une pénurie de fruits et légumes ?

Alors que les frontières européennes et de l'espace Schengen sont fermées, les agriculteurs s'inquiètent du manque de saisonniers étrangers et appellent les Français disponibles à venir prêter main-forte. Faut-il craindre une pénurie de fruits et légumes ?

Confinement : doit-on craindre une pénurie de fruits et légumes ? JackF/iStock

  • Publié le 30.03.2020 à 18h07
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les fermetures de frontières empêchent la venue de travailleurs saisonniers
  • Tous les acteurs de l'agro-alimentaire revoient leurs chaînes de production et de distribution

Même si le gouvernement assure qu'il n'y a aucun risque de pénurie dans le secteur de l'agro-alimentaire pendant le confinement, l'appel du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a rejoindre les agriculteurs qui manquent de main-d'œuvre en dit long sur les conditions de production actuelles. “Il faut produire pour nourrir les Français”, a-t-il martelé, alors que les agriculteurs français sont devenus nos principaux nourrisseurs depuis la fermeture des frontières européennes et de l'espace Schengen pour limiter la propagation du Covid-19.

200 000 saisonniers en moins

Comme le fait remarquer Franceinfo, la fermeture des frontières empêche les ouvriers agricoles saisonniers originaires des pays voisins de venir prêter main forte comme c'est le cas chaque année. La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) s'alarme : “La main-d'œuvre saisonnière prévue ne peut plus venir et pourtant les travaux de printemps (la récolte, les semis ou toutes autres activités saisonnières) approchent à grand pas”. Les besoins s'élèvent à 200 000 saisonniers pour les trois prochains mois (plantation, semis, cueillette, conduite d’engins agricoles...).

Nous allons rentrer dans une période de récolte — fraises, légumes printaniers — et en général, nous faisons appel à une main-d’œuvre étrangère qui vient de l’extérieur de l’Union européenne. Or, cette année, nous avons un gros problème puisque les saisonniers sont bloqués aux frontières de l’UE”, explique à 20 Minutes Aurélien Clavel, vice-président des Jeunes Agriculteurs. Une plateforme nationale a été lancée pour recruter des volontaires. Quarante mille personnes se seraient déjà manifestées. 

Une réorganisation des chaînes de distribution

Certes il faut ramasser les fruits et légumes de saison, mais il faut aussi les écouler ce qui n'est plus chose aisée depuis la fermeture des marchés de plein air, annoncée par le premier ministre Edouard Philippe après la diffusion d'images chocs montrant un nombre important de gens agglutinés dans les allées de marchés parisiens sans distance de sécurité ni matériel de protection.

Aurélien Clavel appelle les maires à rouvrir les marchés qui respectent les mesures sanitaires et le ministre de l'Agriculture les enseignes de la grande distribution à s'approvisionner auprès des agriculteurs français. Selon Les Echos, 95% des fruits et légumes vendus à Carrefour seraient déjà issus de l'agriculture française. Leclerc et Intermarché auraient également pris des engagements en faveur des agriculteurs français. 

Le confinement et la fermeture des frontières obligent les acteurs de l'agro-alimentaire à réorganiser leurs chaînes de production et de distribution pour éviter une pénurie de produits frais. Tous semblent motivés et volontaires pour s'adapter à ce contexte de crise et trouver les meilleures solutions. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité