• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pandémie

Covid-19 : le virus peut-il infecter le système nerveux central ?

Par le passé, des coronavirus s'étaient propagés dans la moelle épinière de certains patients, attaquant ainsi leur système nerveux central. Un chercheur chinois s'appuie sur ces précédentes études pour évoquer le potentiel neuro-invasif du SARS-CoV-2.

Covid-19 : le virus peut-il infecter le système nerveux central ? Floaria Bicher/iStock

  • Publié le 06.04.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les études sur d'autres coronavirus ont montré leur capacité à atteindre le système nerveux central
  • La perte d'odorat chez certains patients est un signe montrant que SARS-CoV-2 pourrait lui aussi infecter le tronc cérébral
  • Le virus se propagerait dans la moelle épinière

Fièvre, toux sèche, dyspnée, détresse respiratoire… Si les principaux symptômes du Covid-19 évoquent ceux d'une infection, des patients se plaignent également d'une perte de l'odorat et du goût, de nausées, de maux de tête et de vomissements. En s'appuyant sur ces signes neurologiques, Yan-Chao Li, chercheur en histologie et embryologie à l'université de Jilin (Chine), s'est intéressé au potentiel neuro-invasif du SARS-CoV-2 et au rôle qu'il pourrait jouer dans l'insuffisance respiratoire des patients atteints du Covid-19. 

Dans son étude, publiée dans la revue Journal of medical virology, le scientifique évoque notamment le fait que l'infection provoquée par les précédents coronavirus avait été reportée dans le cerveau des patients ainsi que des animaux sur lesquels des expériences avaient été menées. Dans chacun de ces cas, le tronc cérébral était gravement infecté.

Certains coronavirus avaient pu se propager dans la moelle épinière

D'après le chercheur, il a également été démontré que certains coronavirus avaient pu se propager dans la moelle épinière, qui fait partie du système nerveux central. Un cheminement qui a été rendu possible par des voies synaptiques, avec, pour point de départ, les mécanorécepteurs et chimiorécepteurs situés dans les poumons et les voies respiratoires inférieures. 

De plus, une enquête épidémiologique sur le Covid-19 rapporte que le délai médian séparant l'apparition du premier symptôme et la dyspnée est de cinq jours. Il s'élèverait à sept jours pour l'admission à l'hôpital et huit pour l'entrée aux soins intensifs. Résultat : cette période de latence serait suffisante pour que le virus entre et détruise les neurones situés dans la moelle épinière.

“Il est urgent d'indiquer clairement si le SARS-CoV-2 peut accéder au système nerveux central”

“La plupart des CoVs [coronavirus,ndlr]  partagent une structure virale similaire ainsi que le même processus d'infection, explique Yan-Chao Li. Par conséquent, les mécanismes de l'infection précédemment trouvés pour les autres CoVs pourraient également être applicables au SARS-CoV-2. De plus en plus de preuves montrent que le neurotropisme [l'affinité d'une substance chimique ou d'un microbe pour le système nerveux, ndlr] est une caractéristique commune aux CoVs. De ce fait, il est urgent d'indiquer clairement si le SARS-CoV-2 peut accéder au système nerveux central et induire des lésions neuronales qui mènent à la détresse respiratoire aiguë.” 

Déterminer si la potentielle neuro-invasion du SARS-CoV-2 est partiellement responsable de la détresse respiratoire aiguë manifestée par les patients atteints de Covid-19 pourrait avoir des conséquences considérables sur le traitement et la prévention de l'insuffisance respiratoire provoquée par le virus.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité