• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

À la recherche du patient zéro, le maire de Creil réclame une enquête parlementaire

Jean-Claude Villemain, le maire de Creil, réclame une enquête parlementaire pour déterminer qui est le patient zéro, celui qui a amené le virus dans l’Oise.

À la recherche du patient zéro, le maire de Creil réclame une enquête parlementaire Ovidiu Dugulan/iStock

  • Publié le 10.04.2020 à 17h15
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'Oise fait partie des premiers départements touchés par l'épidémie de Covid-19
  • Le maire de Creil (Oise) souhaite une levée du secret défense concernant la base aérienne de sa ville
  • C'est là qu'a atterri l'avion ramenant les premiers Français contaminés en Chine

L’enquête sur la recherche du patient zéro, dont Le Monde s’en est fait le récit, tente de découvrir qui a ramené le virus en France. Problème: celle-ci se heurte au secret-défense de la base militaire de Creil, où de nombreuses personnes ont été infectées au début de l’épidémie sur notre territoire. Pour percer le secret du patient zéro, Jean-Claude Villemain, le maire de Creil, réclame une enquête parlementaire et l’ouverture des documents concernant l'état de santé des militaires et civils sur la base militaire, a rapporté France Inter.

Le premier cas identifié toujours en hospitalisation

Jean-Claude Villemain souhaite que la lumière soit faite sur la base militaire, et notamment ses agents militaires. “L'armée semble dire la vérité sur l'équipage qui a ramené les rapatriés de Wuhan, mais elle ne dit pas toute la vérité sur les agents militaires qui sont sur cette base et qui vont et qui viennent, déplore-t-il. Il y a d'autres unités, dont un centre de la DRM, c'est la direction du renseignement militaire. Le service de santé des armées a fait son enquête, c'est resté dans la chaîne hiérarchique.”

En outre, le maire de Creil souhaite une enquête parlementaire “si possible conjointe du Sénat et de l'Assemblée nationale”. L’objectif est que les documents de la base militaire ne restent pas protégés par le secret-défense. Une demande également formulée par Philippe Marini, le maire de Compiègne, qui réclame une enquête parlementaire, rappelant que “le premier cas identifié au centre hospitalier de Compiègne, c'est le mardi 25 février au soir", un civil de 50 ans toujours en hospitalisation.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité