• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Coronavirus: 80% des contaminations sont le fait de 10% des malades

Seule une petite partie des porteurs du coronavirus est susceptible de transmettre le Covid-19. Des porteurs qui représentent environ 10% des malades et qui sont responsables d’environ 80% des contaminations.

Coronavirus: 80% des contaminations sont le fait de 10% des malades metamorworks/iStock

  • Publié le 26.05.2020 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La propagation du coronavirus s'effectue à travers un faible nombre de personnes.
  • Sans les supercontaminateurs, on rend quasi-nulle la possibilité de voir apparaître des chaînes de transmission secondaire.

Au fil du temps, le ciel des connaissances s’éclaircit autour du coronavirus. Récemment, une étude est venue montrer que de nombreuses personnes qui n’ont pas été infectées sont immunisées contre le SARS-CoV-2 grâce à des anticorps développés contre d'autres bactéries. C’est le principe de l’immunité croisée et la conséquence est que la part de l'immunité collective nécessaire pour stopper l'épidémie se situerait plutôt entre 10 et 20%, loin des 60% initialement imaginés.

Les supercontaminateurs…

Une nouvelle étude nous apprend que nous ne sommes pas égaux dans la transmission du coronavirus. Une étude britannique pré-publiée par les chercheurs de la London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) a calculé “que 80 % des transmissions sont le fait de 10 % des malades”. Ils ont estimé le facteur de dispersion, noté k, pour estimer la propagation de la maladie. Plus ce chiffre est petit, plus le nombre de porteurs susceptibles de transmettre le virus est faible. Concernant le SARS-CoV-2, ce facteur k n’est que de 0,1, ce qui signifie que la propagation de la maladie s'effectue à travers un faible nombre de personnes. À titre de comparaison, ce chiffre s’élevait à 1 lors de la grippe espagnole en 1918, ce qui signifie que la capacité de contamination était mieux répartie dans la population.

Cette découverte amène à reconsidérer les actions nécessaires pour endiguer la propagation du virus. Plutôt qu’un confinement général et indifférencié, “il y aurait un avantage substantiel à se concentrer sur ces supercontaminateurs, assure Akira Endo, principal auteur de l'étude. Comme la plupart des individus infectés ne contribuent pas à l'expansion de l'épidémie, le nombre effectif de transmissions pourrait être considérablement réduit en prévenant les événements de superpropagation relativement rares”. En enlevant de l’équation ces supercontaminateurs, on rend quasi-nulle la possibilité de voir apparaître des chaînes de transmission secondaire. La plupart des personnes n'étant en réalité pas infectieuses, il faut au moins quatre à cinq foyers de contamination différents pour que l'épidémie décolle réellement.

… difficile à reconnaître

La charge virale, soit la quantité de virus présent dans l’organisme varie considérablement selon les individus. Ce qui explique que nous ne sommes pas tous sur un même pied d’égalité en terme contagieux. Cela ne signifie pas que les supercontaminateurs ont des symptômes plus visibles ou sont plus durement touchés par le virus. Dans une pré-publication de l'université Cornell (États-Unis) et menée en Lombardie, l'un des premiers foyers épidémiques en Europe, les chercheurs ont constaté qu'il n'y a pas de différence entre la charge virale des patients symptomatiques et asymptomatiques.

De plus, la période pendant laquelle une personne infectée est contagieuse est généralement très courte. “Si un supercontaminateur avait fréquenté le même événement deux jours plus tard en se comportant de la même façon, il n'y aurait probablement pas eu les mêmes conséquences”, conclut Adam Kucharski, de la LSHTM, qui a participé à l’étude.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité