• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pandémie

États-Unis : la hausse dramatique du nombre de décès

Le pays de Donald Trump a franchi la barre des 100 000 décès liés à la Covid-19 le 28 mai. Selon des chercheurs, le bilan devrait atteindre le nombre de 123 000 morts d'ici le 20 juin. Certains dénoncent la gestion de la crise du président des États-Unis.

États-Unis : la hausse dramatique du nombre de décès Unimagic/iStock

  • Publié le 29.05.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le bilan s'alourdit aux États-Unis. Avec 101 621 décès, le pays compte près d'un tiers des personnes ayant succombé au nouveau coronavirus dans le monde, selon les données de l'université Johns Hopkins. La barre des 100 000 morts avait été franchie le 28 mai, et, malheureusement, l'hécatombe ne devrait pas s'arrêter de sitôt. Selon une moyenne de plusieurs modèles épidémiologiques réalisée par des chercheurs de l'université du Massachusetts, les États-Unis devraient déplorer 123 000 morts au total d'ici le 20 juin, comme le rapporte l'AFP, dont Le Figaro se fait l'écho.

Pour l'heure, l'État de New York compte à lui seul plus de décès qu'en France, avec la mort de 29 529 personnes. Afin de rendre hommage aux victimes, les drapeaux y ont été mis en berne durant trois jours. Les États du New Jersey et du Massachusetts sont également très touchés, avec respectivement 11 409 et 6 640 décès.

"Trump a leur sang sur les mains"

Ils sont nombreux à pointer du doigt dans les médias la responsabilité du président dans ces tristes données. "Tous ces gens n’avaient pas à mourir. Le bilan de la Covid-19 est en lui-même un jugement terrible sur la réponse de Donald Trump", a par exemple accusé le journaliste Stephen Collinson sur CNN, comme le note Ouest-France. "Il y a 100 000 morts et Trump a leur sang sur les mains", dénonce également le site d’investigation The Intercept.

Il faut dire que celui qui soutenait les manifestations anti-confinement au mois d'avril a longtemps minimisé la crise sanitaire mondiale. Alors qu'un déconfinement brouillon se poursuit aux États-Unis, son président est dans le registre de l'accusation plutôt que dans la prise de responsabilités. "Trump ne s’est 'souvenu' de l’hécatombe qu’après une salve matinale de tweets et retweets contre les cibles habituelles de ses colères : Obama, le FBI, le procureur Mueller…", écrivent nos confrères de Ouest-France.

En effet, le 28 mai, il a finalement tweeté : "Nous venons d'atteindre un jalon très triste dans la pandémie de coronavirus, dont le nombre de morts a atteint 100 000. À toutes les familles et amis de ceux qui sont décédés, je veux présenter ma plus sincère sympathie et mon amour pour tout ce que ces belles personnes ont défendu et représenté. Que Dieu soit avec vous !". Avant d'ajouter dans un autre tweet : "Partout dans le monde, le coronavirus, un très mauvais 'cadeau' de la Chine, avance. Pas bien !".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité